L'activité du transport sanitaire Dernière mise à jour le 24/11/2015

L’installation

La création est un mode d’installation de moins en moins fréquent du fait de la saturation du secteur et de la mise en place du numerus clausus. Il subsiste toutefois des opportunités dans des zones géographiques à moins forte densité d’entreprises.

La valeur de l’entreprise dépend essentiellement de l’état et de l’importance du parc de véhicules. La situation géographique et les contrats hospitaliers constituent également des éléments déterminants.

 

Les investissements

Les véhicules sont renouvelés tous les 5 à 7 ans. Leur parfait entretien est essentiel à la survie de l’entreprise. Le nombre de VSL ne peut pas excéder le double du nombre d’ambulances et le parc de véhicules est limité par le numerus clausus.

 

La gestion

Le suivi au quotidien

Le professionnel suit son chiffre d’affaires par véhicule. Il suit également la répartition entre transports en ambulance et transports en VSL. Ces derniers sont peu rentables dans les grandes agglomérations car la tarification dépend du kilométrage parcouru (forfait + les kilomètres au delà des 5 premiers) sans prendre en compte la durée du trajet.

 

Les recettes de l’activité

15% environ des recettes proviennent d’activités de diversification (transport de corps, de sang, de médicaments et de matériel médical). Les tarifs sont encadrés : les montants plafonds sont fixés par décret. Dans les grandes agglomérations, une partie du chiffre d’affaires peut être assuré par des contrats inter-hospitaliers. Ceux-ci sont accessibles en répondant à des appels d’offres renouvelés chaque année.

 

Les charges à surveiller

L’entretien des véhicules et les frais de personnel (61% du chiffre d’affaires) sont les postes de charges les plus importants.

 

La maîtrise du résultat

Les contrats inter-hospitaliers (transports de malades d’un centre de soins à d’autres), intéressants pour pérenniser le chiffre d’affaires, diminuent généralement la rentabilité.

 

La gestion financière et les besoins en trésorerie

Les fonds propres doivent représenter au minimum 30 % du montant des investissements. La trésorerie doit être maîtrisée. Il faut veiller à ce que les charges financières ne détériorent pas la rentabilité

 

    Transport sanitaire
Evolution du nombre de création

 

2014

2013

2012

2011

2010

2009

 

430 (1)

394

412

392

480

433

Les ratios de gestion clefs

Chiffre d'affaires moyen

Marge brute

Excédent brut d'exploitation

Rotation des stocks

Crédit clients

Crédits fournisseurs

Besoin en fonds de roulement

365 K€ (2)

99,99 % du CA

27,48 % du CA

65 jours de CA

54 jours de CA

43 jours de CA

33 jours de CA

(1) Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements - champ marchand non agricole, Créations d’entreprises.

(2) Source : Moyenne indicative élaborée à partir de données Insee "Données du compte de résultat et bilan pour les personnes physiques", 2009 & 2010. Données exprimées en % et jours de chiffre d'affaires.

 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.