L'activité de la réparation de matériel électrique et électronique Dernière mise à jour le 23/11/2015

L’installation

La création est le mode d’installation le plus courant. Le professionnel est souvent un technicien qui travaillait chez un distributeur. Il a besoin d’un local d’une surface moyenne de 100 m² afin de stocker les pièces détachées et le matériel défectueux.

La reprise n’a pas beaucoup d’intérêt dans la mesure où elle ne garantit pas la conservation d’un agrément de station agréée par les fabricants (l’agrément est intuitu personae et non transmissible).

 

Les investissements

Même s’il reste d’un coût relativement modeste, le matériel est de plus en plus onéreux du fait de sa sophistication.

 

La gestion

Le suivi au quotidien

Le professionnel suit l’évolution de son chiffre d’affaires et sa répartition entre vente de pièces détachées et prestations proprement dites. Il doit réaliser 6 à 8 interventions par jour pour se garantir un chiffre d’affaires suffisant. Son carnet de commandes ne se remplit qu’au fur et à mesure, au mieux d’une semaine sur l’autre.

Les recettes de l’activité

La vente de pièces détachées, sur lesquelles les marges sont particulièrement faibles, représente en moyenne 60% du chiffre d’affaires global. Les tarifs horaires appliqués sont plus élevés lorsque le professionnel a une clientèle de particuliers. Par contre, ils sont beaucoup plus faibles dans des contrats de sous-traitance ou de maintenance pour le compte de collectivités.

Les charges à surveiller

Les achats représentent 30 à 40% du chiffre d’affaires. Lorsque le professionnel exerce seul, ses cotisations personnelles constituent le second poste de charge. Dans les entreprises plus importantes, ce sont les charges de personnel qui viennent derrière les achats. La formation et les frais de publicité constituent les autres dépenses importantes. Il faut aussi compter sur l’entretien de la voiture ainsi que sur les assurances.

La maîtrise du résultat

Les taux moyens de marge brute de la profession sont en baisse du fait de la stabilité des tarifs et de l’augmentation des charges.

La gestion financière et les besoins en trésorerie

Le besoin en fonds de roulement est réduit du fait de l’achat des pièces détachées au coup par coup et du règlement comptant de la clientèle de particuliers. Seules les entreprises intervenant fréquemment en sous-traitance et/ou pour le compte de collectivités ont un BFR plus important.

 

    Réparation de matériel électrique et électronique
Evolution du nombre de création

 

2014

2013

2012

2011

2010

2009

 

644 (1)

468

519

535

224

196

Les ratios de gestion clefs

Chiffre d'affaires moyen

Marge brute

Excédent brut d'exploitation

Rotation des stocks

Crédit clients

Crédits fournisseurs

Besoin en fonds de roulement

144 K€ (2)

68,01 % du CA

21,83 % du CA

49 jours de CA

29 jours de CA

47 jours de CA

14 jours de CA

(1) Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements - champ marchand non agricole, Créations d’entreprises.

(2) Source : Moyenne indicative élaborée à partir de données Insee "Données du compte de résultat et bilan pour les personnes physiques", 2009 & 2010. Données exprimées en % et jours de chiffre d'affaires

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.