Les points de vigilance de l'institut de beauté Dernière mise à jour le 12/10/2015

Les principales difficultés du métier

Fragilisé par un contexte économique peu favorable et des pressions concurrentielles de la part des professionnels et des professions connexes, le secteur reste risqué.

 

• Le manque de fonds propres :

Beaucoup de professionnels se sont installés avec un très faible niveau de fonds propres. Ils sont, dans la plupart des cas, dans l’incapacité de faire face à l’évolution rapide des équipements. La moindre baisse de leur chiffre d’affaires ou l’augmentation de leurs charges provoquent immédiatement des difficultés financières.

 

• L’insuffisance du chiffre d’affaires :

De très nombreuses entreprises du secteur réalisent un chiffre d’affaires très modeste, inférieur à 75 K€. L’installation d’un concurrent ou une fidélisation insuffisante de la clientèle conduisent souvent à l’arrêt de l’activité.

 

• Une gestion déficiente :

L’institut doit être très rigoureusement géré. Beaucoup d’arrêts d’activité ont lieu la troisième année, faute d’avoir provisionné les charges sociales et fiscales. Les achats et les stocks de produits, dont la vente est nécessaire pour compléter le chiffre d’affaires “soins”, doivent également faire l’objet d’une gestion rigoureuse.

 

• L’essor des soins à domicile :

Le développement de l’offre des industriels en électro-beauté constitue une menace majeure pour l’activité des professionnels du secteur. Ces appareils permettent aux ménages de réaliser à domicile certains soins (tels l’épilation et les soins du visage) ce qui entraîne une baisse de la fréquentation des instituts de beauté.

 

• La dépendance à la conjoncture économique :

L’activité des professionnels du secteur est très sensible aux variations conjoncturelles, le budget consacré aux soins de la personne étant l’un des premiers à être sacrifié par les ménages en cas de difficultés économiques.

 

Dans ce contexte, les professionnels les plus performants sont très qualifiés. Ils associent soins et ventes de produits, se spécialisent dans des domaines ou des techniques de soins et disposent de fonds propres suffisants pour renouveler leurs équipements et intègrent le plus souvent des réseaux organisés.

 

  Institut de beauté
Taux de survie au-delà des 5 premières années

Soins de beauté

Moyenne tous secteurs

60,5 % (1)

51,9 %

(1) Source : Insee, Taux de Survie à 5 ans pour la génération 2002. 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.