Le marché de la formation professionnelle Dernière mise à jour le 30/07/2019

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

Compétences

  • Qualification professionnelle
  • Aptitudes commerciales
  • Maîtrise de la gestion

Spécificités

  • Poids des investissements
  • Importance de la qualité de l'emplacement
  • Intensité de la concurrence

Vie privée

  • Niveau de rémunération
  • Degré des contraintes horaires
  • Facilité de remplacement

Les réformes successives de la formation professionnelle continue impactent fortement l’activité des entreprises du secteur.

D'une part, la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale (loi n°2014-288 du 5 mars 2014), a profondément modifié le cadre règlementaire de la formation :

- réforme du financement de la formation professionnelle : une contribution légale unique a été mise en place (0,55% de la masse salariale annuelle brute pour les entreprises de moins de 11 salariés et 1% pour les autres entreprises contre 1,6% auparavant). Par ailleurs, la contribution de 0,9%, au titre du plan de formation des entreprises de 10 salariés et plus, a été supprimée. Le plan de formation est désormais placé sous la responsabilité de l’employeur qui fixe librement les sommes qui y sont affectées.

- suppression du droit individuel à la formation (DIF) et instauration du compte personnel de formation (CPF) : entré en vigueur au 1er janvier 2015, le CPF suit chaque personne tout au long de sa vie active et permet de gérer l’évolution de ses compétences de façon autonome (maximum de 150h hors abondement). Ce dispositif est réservé à certaines actions de formation : formation qualifiantes ou certifiantes, formation relevant du socle de compétences ou actions d’accompagnement à la VAE.

A son tour, la réforme de la formation professionnelle de 2018 (loi 2018-771 du 5 septembre 2018, dite "loi Avenir Professionnel") a boulversé le secteur : monétarisation du compte personnel de formation (crédité de 500 euros par an et plafonné à 5 000 euros, crédité de 800 euros par an et plafonné à 8 000 euros pour les personnes sans qualification), désintermédiation (une application permettra bientôt de s’inscrire et de payer directement une formation, de consulter les droits acquis, les formations disponibles, le taux de satisfaction des stagiaires, le taux d’insertion dans l’emploi, etc.), création d’une agence nationale de régulation et d’évaluation, compétences de collecte des fonds destinées à la formation transférées aux URSSAF (non plus par les OPCA).

La réduction du volume de formation qui découle de ces réformes succesives contribue à l’exacerbation des pressions concurrentielles qui tirent les prix vers le bas et nuisent ainsi aux marges des professionnels du secteur.

Dans ce contexte, les organismes de formation sont contraints de s’adapter :

- repositionnement de leur offre au profit de formations éligibles au CPF.

- passage d’une approche BtoB (organismes de formation à entreprises) à une approche BtoC (organismes de formation à personnes formées). En effet, la réforme favorise l’autonomisation des individus et l’individualisation de la formation.

- développement des formations à distance (e-learning, Mooc, réseaux sociaux, vidéos, etc.). On assiste à un recul de la formation présentielle au profit de la formation à distance qui répond aux nouvelles attentes des personnes formées : moins de temps disponible, nomadisme, meilleure maîtrise des nouvelles technologies, attente de parcours de formation modulaires, etc.

Tendances

La digitalisation de l'offre de formation s'accélèrera.

La création de nouveaux métiers (selon plusieurs études, 60% des métiers exercés en 2030 n’existent pas encore), l’émergence de nouvelles organisations de travail et l’accélération de l’obsolescence des compétences resteront des facteurs de croissance solides pour le secteur à moyen et long terme.

L’organisation du marché

Selon le type d'acteurs :

- Les organismes de formation privés à but lucratif (Cegos, Demos, etc.) sont mandatés par les entreprises et les pouvoirs publics en vue d’accomplir une prestation de formation professionnelle.

- Les organismes de formation privés à but non lucratif (associations, ccopératives, mutuelles, etc.) s’adressent principalement aux particuliers.

- Les institutions publiques et parapubliques (CNAM, AFPA, GRETA, universités, CCI, etc.) sont principalement chargées de la formation des demandeurs d'emploi et des jeunes, et sont financées par des fonds publics.

 

    Formation professionnelle
Nombre d'organismes de formation (dont l'activité principale est la formation) 2016

8 500 (1)

Chiffre d'affaires du secteur (en milliards d'euros) 2016

8 Md€ (1)

(1) Source : Fédération de la Formation Professionnelle.

(.

.

 

En savoir plus sur ce secteur : Formation professionnelle

Les principales organisations professionnelles

FFP
Fédération de la Formation Professionnelle
7 rue Alfred de Vigny 75008 Paris
Tél. : 01 44 30 49 49
http:/www.ffp.org

 

CSFC
Fédération des Chambres Syndicales des Formateurs Consultants
Maison des Professions Libérales, 46 bd de la Tour Maubourg 75007 Paris
Tél. : 01 96 12 01 75
http://www.csfc-federation.org/

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.