Le marché du fleuriste Dernière mise à jour le 22/09/2014

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

Compétences

  • Qualification professionnelle
  • Aptitudes commerciales
  • Maîtrise de la gestion

Spécificités

  • Poids des investissements
  • Importance de la qualité de l'emplacement
  • Intensité de la concurrence

Vie privée

  • Niveau de rémunération
  • Degré des contraintes horaires
  • Facilité de remplacement

 

Le secteur souffre de la baisse de la consommation de fleurs depuis plusieurs années. Le contexte économique défavorable conjugué aux pressions concurrentielles de plus en plus fortes contribue à cette diminution.

La montée en puissance des autres canaux de distribution tend à créer un contexte concurrentiel difficile : grandes surfaces alimentaires, surfaces de bricolage, jardineries, producteurs cherchent à capter des parts de marché du secteur en proposant une gamme étendue de végétaux d’intérieur (fleurs coupées, plantes en pot, compositions). Ainsi, seules les jardineries ont connu une progression de leurs chiffres d’affaires en valeur et en volume.

Toutefois, pour faire face à cette concurrence, les fleuristes détiennent un certain nombre d’avantages concurrentiels : leur image de spécialiste, leur capacité à conseiller les clients, leur implantation en centre-ville … Ils restent le premier circuit de distribution du secteur avec près de 54% de parts de marché.

Alors que la vente de fleurs coupées chute tant en valeur qu’en volume, les végétaux d’extérieurs et les produits décoratifs constituent de véritables relais de croissance pour les professionnels du secteur (produits à plus forte valeur ajoutée).

 

Tendances

Bien que le secteur restera dominé par les indépendants, les enseignes continueront de se développer (campagnes publicitaires, développement international …). Dans ce contexte de double concurrence (multiplication des circuits de distribution et développement des réseaux sous enseigne), les indépendants peineront à faire face à la hausse des prix des loyers et des fonds de commerce, ce qui contraindra un grand nombre d’entre eux à céder leur pas-de-porte à des activités plus lucratives ou à adhérer à une enseigne. Seuls ceux qui tendront à se différencier par des concepts novateurs exploitant l’aspect créateur du métier, parviendront à tirer leur épingle du jeu.

 

L’organisation du marché

- Les fleuristes : il s'agit du premier circuit d'achat des végétaux avec près de 40% de parts de marché en valeur.

La très grande majorité des fleuristes ne sont rattachés à aucun réseau sous enseigne : seuls moins de 5% des fleuristes sont rattachés à une enseigne. Certaines de ces enseignes se positionnent sur le libre-service ou le low cost.

Les principaux leaders du secteur sont :

- Rapid'Flore (groupe Emova)
- Monceau Fleurs (groupe Emova)
- Happy (groupe Emova)
- Le Jardin des fleurs (groupe Flora Nova)
- Oya Fleurs (groupe Flora Nova)
- Au Nom de la Rose

75% des fleuristes travaillent avec une société de transmission florale (Interflora par exemple).

- Les jardineries constituent le deuxième circuit d'achat du marché des végétaux en valeur et en volume. Elles proposent des végétaux d’intérieur (fleurs coupées, plantes en pot mais également compositions florales) et d’extérieur (elles captent 1/3 du marché des végétaux d'extérieur en valeur), ainsi que des produits complémentaires ayant trait au jardinage. Depuis quelques années, elles diversifient progressivement leur offre ( animalerie, décoration, produits manufacturés destinés aux loisirs de plein-air, etc.).

- Les grandes surfaces alimentaires : elles tirent profit de leur maillage territorial et représentent le premier circuit d'achat de végétaux en volume (le troisième circuit d'achat en valeur).

- La vente directe sur l'exploitation : ce circuit d'achat tend à progresser et il devance celui des fleuristes en volume de distribution.

- Les fleuristes de marché : leur nombre est en constante diminution. Cependant, beaucoup de fleuristes en boutique ou de producteurs se déplacent sur plusieurs marchés dans la semaine en plus de leur activité principale.

 

  Fleuriste
Nombre d'entreprises du secteur 2013

16 064 (1)

Chiffre d'affaires du secteur (en milliards d'euros) 2011

6,537 Md€ (2)

Évolution du chiffre d'affaires du secteur en valeur (indice ICA base 100 en 2005)

2013

2012

2011

2010

2009

2008

114,1 (3)

108,6

109,4

108,2

104,3

102,4

(1) Source : INSEE, démographie des entreprises et des établissements 2013 - champs marchand non agricole, Stocks d'entreprise au 1er janvier 2013.

(2) Source : INSEE, ESANE.

(3) Source : INSEE, Bulletin statistique.

 

En savoir plus sur ce secteur : Fleuriste

Les principales organisations professionnelles

FNFF
Fédération Nationale des Fleuristes de France
17 rue Janssen - 75019 Paris
Tel : 01 40 40 25 00
http://www.fnff.info

 

UNIPHOR
Union Nationale des Intérêts Professionnels Horticoles
29C Bd Edgar Quinet - 75014 Paris
Tel : 01.43.21.43.49 - Fax : 01.43.21.49.93
http://www.uniphor.fr

 

FranceAgriMer
12 rue Henri Rol-Tanguy - TSA 40004 - 93555 Montreuil Sous Bois Cedex
Tel : 01 73 30 33 00 - Fax : 01.73.30.35.90
http://www.franceagrimer.fr/

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.