L'activité de l'orthophoniste Dernière mise à jour le 20/10/2016

L’installation

Le nombre de créations est indirectement contrôlé par l’application du numerus clausus dès le début des études. L’installation est plus difficile dans les zones à forte densité.Les villes moyennes et les zones rurales sont à privilégier.

 

Le nombre de reprises augmente ces dernières années, un certain nombre d'orthophonistes arrivant à l'âge de retraite. La majorité des reprises s'effectue en milieu urbain (notamment dans les grandes villes). La valeur de la patientèle dépend essentiellement du nombre de rendez-vous et de patients. Les reprises précédées d’une période de collaboration permettent au professionnel de bénéficier des liens du cédant avec les prescripteurs et les patients, et d’atteindre plus rapidement un bon niveau d’activité.

 

L’association présente le double avantage de partager les coûts d’investissements et de permettre le travail à temps partiel. La loi autorisant l’orthophoniste à intervenir dans des équipes pluridisciplinaires favorise également la création de regroupements avec des pédiatres, masseurs kinésithérapeutes, etc.

 

Les investissements

Les investissements sont à prévoir, dès le départ, dans leur totalité. Le renouvellement du matériel pédagogique et une partie de l’informatique se fait tous les 3 à 5 ans. Les logiciels spécifiques et la documentation d’auto-formation sont également en perpétuelle évolution.

 

La gestion

Le suivi au quotidien

Le professionnel s’attache à entretenir des relations de confiance avec tous les prescripteurs possibles : médecins, hôpitaux, instituts médico-pédagogiques, maisons de retraite etc. Il suit le nombre d’actes qu’il effectue par période (semaine ou mois) et par patient. Sa clientèle est régulière et limitée à une moyenne annuelle d’une centaine de patients (avec des extrêmes allant de moins de 80 à 155 patients). La durée et la fréquence du suivi dépendent des pathologies prises en charge et de leur gravité. En moyenne, les orthophonistes ont entre 40 et 60 rendez-vous hebdomadaire.

 

Les honoraires

La facturation des actes conventionnés par la Sécurité Sociale est basée sur l’AMO (acte médical orthophoniste). Chaque acte a un cœfficient spécifique calculé sur cette valeur, l’acte moyen s’élevant à 11,80 AMO. Les recettes sont constituées pour l’essentiel par des actes AMO (99%), le reste étant constitué de refacturation de frais de déplacement.
A noter que les honoraires des orthophonistes suivent le rythme scolaire (80% des patients ont moins de 16ans). Ils sont donc moindres durant les périodes de vacances scolaires.

 

Les charges à surveiller

Globalement peu élevées, les plus importantes sont les cotisations sociales personnelles, les loyers et d’éventuels frais de comptabilité. Les frais de déplacement peuvent être plus ou moins élevés, mais ils sont en partie refacturés aux patients sur la base d’indemnités kilométriques remboursées par la Sécurité Sociale.

 

La maîtrise du résultat

La rentabilité de l’activité dépend essentiellement du volume d’actes AMO réalisé, c’est-à-dire du montant des honoraires. La faiblesse des investissements et le coût généralement faible de l’installation permettent d’obtenir un taux de marge nette rapidement correct.

 

La gestion financière et les besoins en trésorerie

A l’installation, l’orthophoniste doit disposer de 3 mois de chiffre d’affaires pour faire face au paiement de ses charges. En régime de croisière, un mois minimum de fonds de roulement est nécessaire pour assurer sa trésorerie entre la réalisation des soins et le règlement des soins. Le besoin en fonds de roulement est plus important si l’orthophoniste pratique le tiers-payant (remboursement dans un délai de 5 à 15 jours si le praticien est muni d’un logiciel de télétransmission).

 

  Activités des professionnels de la rééducation, de l’appareillage et des pédicures-podologues seules
Evolution du nombre de création

 

2015

2014

2013

2012

2011

2010

9 265 (1)

10 464

7 743

6 279

6 997

6 279

(1) Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements - champ marchand non agricole, Créations d’entreprises.

 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.