L'activité du médecin généraliste Dernière mise à jour le 01/12/2017

L’installation

La création d’un cabinet est le mode d’installation le plus répandu. Il nécessite peu d’investissements.

L’Assurance Maladie a mis en place des mesures incitatives pour favoriser l'installation des médecins dans les zones déficitaires (contrat d'aide à l'installation des médecins, dispositif praticien territorial de médecine générale ou de remplacement).

La reprise d’un cabinet doit être préparée bien à l’avance dans la mesure où la relation avec le médecin généraliste est une relation de confiance, établie sur du long terme. Fiscalement, la cession du cabinet est considérée comme une vente de droit de présentation de patientèle. Le cédant est imposé selon le régime des plus-values et le successeur doit payer les droits d’enregistrement (même barème que celui applicable aux fonds de commerce).

 

Les investissements

L’équipement complet d’un cabinet revient à environ 15 000 €, hors véhicule.

La dernière convention médicale (2016-2021) instaure un forfait structure pour inciter les médecins à mettre en place des outils et de nouvelles organisations facilitant la gestion du cabinet ainsi que la coordination du parcours des patients (jusqu’à 1 750 euros en 2017, 3 220 en 2018 et 4 620 en 2019).

 

La gestion

Le suivi au quotidien

Le professionnel suit le nombre d’actes qu’il effectue mensuellement et annuellement au cabinet (lettres C) ou en visite chez ses patients (lettres V).

 

Les honoraires

Les honoraires de l’activité libérale se décomposent des actes, des forfaits et de la rémunération sur objectif de santé (ROSP). Ils sont parfois complétés par les revenus d’une activité salariée (hôpital notamment). Les médecins du secteur 1 s’engagent à respecter scrupuleusement les tarifs conventionnels et bénéficient en contrepartie d’un régime fiscal et social privilégié. Les médecins du secteur 2 sont conventionnés mais ont opté pour des honoraires libres. En contrepartie, ils n’ont pas droit aux mêmes avantages sur le plan social que leurs confrères du secteur 1, sauf s'ils limitent leurs dépassements d'honoraires, en adhérant aux OPTAM (options pour la maîtrise des dépassements d'honoraires).

 

 

La maîtrise du résultat

Les principales charges du médecin généraliste étant fixes, son résultat dépend principalement de ses honoraires. Pour obtenir un revenu confortable un généraliste doit parvenir à un seuil d’actes compris entre 6 000 et 7 000 par an.

 

La gestion financière et les besoins en trésorerie

En phase d’installation, le médecin doit disposer d’un fonds de roulement égal à 3 mois d’honoraires moyens (soit entre 35 et 40 000 euros). En rythme de croisière, ce montant peut se limiter à 1 mois.

 

    Médecin généraliste
Evolution du nombre de création

2015

2014

2013

2012

2011

2010

3 385(1)

3 747

2 543

2 258

1 987

1 826

(1) Source : "Médecins généralistes seuls" - Insee, Démographie des entreprises et des établissements - champ marchand non agricole, Créations d’entreprises.

 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.