La réglementation de l'architecte Dernière mise à jour le 06/11/2017

Les aptitudes professionnelles

Les études d’architecture sont organisées en trois cycles :

- un cycle de trois ans conduisant au diplôme d’études en architecture et conférant le grade de licence (Bac + 3),

- un cycle de deux ans conduisant au diplôme d’État d’architecte et conférant le grade de master (Bac + 5),

- le doctorat en architecture (Bac +8).

La formation est organisée par les écoles d’architecture (il en existe 22 en France).

Afin d’accéder à la profession d’architecte, il est nécessaire de compléter le diplôme d’État d’architecte par une année supplémentaire de formation, afin d’obtenir l’habilitation de l’architecte diplômé d’Etat à exercer la maîtrise d’œuvre en son nom propre (HMONP).

Il est également possible de passer la HMONP après une période d’activité professionnelle en tant qu’architecte diplômé d’Etat, en faisant valoir les acquis de cette expérience.

Les architectes sont contraints de suivre une formation continue afin d’adapter en permanence leurs savoirs et savoir-faire face aux évolutions techniques et réglementaires de leur profession.

L’environnement réglementaire

Les contraintes à l’installation

L’inscription auprès du Conseil de l’Ordre est obligatoire pour obtenir le titre d’architecte ou de société d’architecture.

Cette inscription atteste de l’obtention du diplôme, du respect d’une pratique déontologique et d’une couverture en assurances.

 

Les principaux points de la réglementation professionnelle

La profession est régie par la loi du 3 janvier 1977.

L’architecte est soumis à une obligation de renseignement et de conseil. Il est interdit de cumuler une mission d’architecte et une mission d’expertise sur un même chantier ou d’exercer une activité commerciale (agent immobilier par exemple) au sein de la même structure juridique.

L’architecte dispose d’un monopole sur les bâtiments soumis à permis de construire, sauf pour les constructions non agricoles inférieures à 150 m² et inférieures à 800 m² si elles sont à usage agricole (loi 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine).

Toute prestation de l’architecte doit donner lieu à un contrat.

Le professionnel a l’obligation de souscrire une assurance couvrant sa responsabilité professionnelle (civile, décennale, biennale et parfait achèvement).

Statut juridique et fiscal

Rendez-vous dans notre rubrique Les guides pratiques / Mes impôts & taxes pour connaître le taux de TVA qui s’applique à votre activité ainsi que le mode d’imposition de vos bénéfices.

Rendez-vous dans notre rubrique Les guides pratiques / Mon régime social pour connaître le montant des cotisations et des prestations de votre régime social obligatoire.

 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.