Les points de vigilance de l'architecte Dernière mise à jour le 29/01/2016

Les principales difficultés du métier

En raison de sa forte dépendance au marché du bâtiment, le secteur reste très risqué, d’autant que beaucoup de professions connexes exercent des activités concurrentes. L’architecte isolé est le plus exposé aux risques de la profession.

 

• Le risque du marché :

Même en diversifiant ses prestations, l’architecte reste dépendant du marché de l’immobilier et du bâtiment public. La moindre diminution du nombre de nouveaux chantiers, de grands projets de construction etc, se répercute directement sur les résultats de la profession.

 

• L’intensité de la concurrence :

Le nombre croissant d’architectes (il n’existe plus de numerus clausus limitant l’accès à la profession), l’ouverture européenne mais aussi la concurrence des bureaux d’études et des constructeurs/promoteurs, réduisent le volume de prestations des professionnels avec, pour conséquence, une baisse de leur niveau de marge.

 

• L’absence de diversification :

Les architectes ne développant pas d’activités hors construction subiront plus fortement les variations de la situation du marché immobilier. Le monopole dont ils jouissent est en effet insuffisant pour leur garantir un flux d’affaires conséquent. La loi du 28 décembre 1997 sur l’organisation de la profession, stipulant qu’il n’est pas obligatoire de passer par un architecte pour construire au-dessous de 170 m2, fait que la quasi-totalité du marché des maisons individuelles leur échappe. Par ailleurs, force est de constater que la diversification passe souvent par des activités fortement connexes.

 

• L’irrégularité des recettes :

Le montant des recettes est étroitement lié à l’obtention des marchés. Il suffit d’obtenir un marché important une année pour doper le chiffre d’affaires, alors que l’absence d’un gros contrat provoque une baisse des honoraires. Ces variations rendent particulièrement difficiles la gestion du cabinet et la maîtrise du financement des besoins en fonds de roulement.

Dans ce contexte de crise, seuls les architectes qui bénéficient d’une bonne renommée, de fonds propres suffisants et qui se regroupent afin de créer des entités capables d’investir et de soumissionner à des chantiers importants, trouveront encore à se développer.

 

  Architecte
Taux de survie au-delà des 5 premières années

Architectes

Moyenne tous secteurs

71,6 (1)

51,9 %

(1) Source : Insee, Taux de Survie à 5 ans pour la génération 2002.

 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.