La réglementation du photographe Dernière mise à jour le 18/11/2015

Les aptitudes professionnelles

Aucun diplôme n’est obligatoire pour exercer la profession. Toutefois, le photographe d’art est souvent issu d’une formation spécialisée ou artistique. Les autres professionnels doivent disposer de solides connaissances techniques en chimie, optique mais aussi en informatique, dans le mutimédia et les types de matériels. Les réseaux de commerce intégré (fabricants, discounts, minilabs) assurent la formation marketing et commerciale selon leurs propres objectifs de marché.

La prise de vue exige un talent et une technicité spécifique. La vente de matériel nécessite une excellente connaissance de toutes les techniques de photographie et une curiosité permanente pour connaître toutes les nouveautés technologiques (APS, numérique, multimédia). Le conseil, le sérieux et les aptitudes commerciales sont indispensables pour se différencier de l’offre des grandes surfaces et des hard-discounts.

 

L’environnement réglementaire

Les contraintes à l’installation

L’inscription au Registre du Commerce et des Sociétés est complétée par une inscription au Registre des Métiers pour les professionnels réalisant également le développement.

 

Les principaux points de la réglementation professionnelle

Pour effectuer des prises de vue, le professionnel doit détenir une carte professionnelle qu’il obtient auprès de la Préfecture. Il doit respecter quelques règles spécifiques à sa profession :

- le photographe est tenu de restituer à son client les films et négatifs après traitement. Il s’engage à n’en faire aucun usage personnel, manipulation ou exploitation commerciale

- si un film est perdu ou abîmé, le professionnel doit en restituer un nouveau avec tirage et développement gratuits ,

- des normes anti-pollution spécifiques imposent des obligations en matière de traitement des déchets (papiers, produits chimiques, encres…).

La loi de modernisation de l’économie (LME) du 4 août 2008 (2008-776) a débouché sur des mesures portant sur les baux commerciaux : les loyers des locaux commerciaux sont indexés sur un nouvel indice de révision des loyers (Indice des Loyers Commerciaux) intégrant une méthode de calcul pondéré (calculé pour 50% sur l’indice des prix à la consommation, pour 25% sur l’indice du chiffre d’affaires du commerce de détail et pour 25% sur l’indice des prix à la consommation).

 

Statut juridique et fiscal

Rendez-vous dans notre rubrique Les guides pratiques / Mes impôts & taxes pour connaître le taux de TVA qui s’applique à votre activité ainsi que le mode d’imposition de vos bénéfices.

Rendez-vous dans notre rubrique Les guides pratiques / Mon régime social pour connaître le montant des cotisations et des prestations de votre régime social obligatoire.

 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.