Le marché de la pharmacie Dernière mise à jour le 09/05/2016

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

Compétences

  • Qualification professionnelle
  • Aptitudes commerciales
  • Maîtrise de la gestion

Spécificités

  • Poids des investissements
  • Importance de la qualité de l'emplacement
  • Intensité de la concurrence

Vie privée

  • Niveau de rémunération
  • Degré des contraintes horaires
  • Facilité de remplacement

Les pharmaciens sont confrontés à une profonde mutation de leur secteur depuis plusieurs années.

Les politiques successives de maîtrise des dépenses de santé menées par les pouvoirs publics ont entraîné une baisse de leurs marges sur les médicaments remboursables, qui représentent plus des 3/4 de leur chiffre d’affaires. En effet, plusieurs mesures pénalisent les professionnels : réductions tarifaires, déremboursement de certaines spécialités, nouveaux taux de marges, franchise de 50 centimes d’euros, généralisation des grands conditionnements, suppression des marges arrières et réduction des délais de paiement aux fournisseurs…

Les mesures incitatives en faveur des médicaments génériques (comme le dispositif "tiers payant contre générique" instauré en 2012) ont un impact positif sur les marges des professionnels mais ces derniers doivent aussi se tourner vers des segments plus porteurs (parapharmacie, médicaments non remboursables) pour lesquels les prix sont librement fixés par les officines.

Cependant, sur le marché de la parapharmacie, les professionnels souffrent de la concurrence d’autres circuits de distribution : on assiste à un renforcement du poids des parfumeries sélectives et des grands magasins.

Dans ce contexte, les pharmaciens se regroupent au sein de centrales d’achat (2/3 des pharmaciens) afin d’obtenir de meilleures conditions d’achat et de bénéficier de nouvelles prestations. Enfin, le développement de la vente en libre-accès constitue un atout car il entraîne une hausse de la consommation des produits exposés.

 

Tendances

La nouvelle convention pharmaceutique (4 avril 2012) instaure le principe de rémunération à la performance :

- instauration d’une rémunération pour l’accompagnement de patients chroniques.

- renforcement de la rémunération sur objectifs en fonction du taux de substitution sur les médicaments génériques,

- introduction progressive d’un honoraire de dispensation (analyse de l’ordonnance, préparation, conseils) en complément de la marge commerciale.

Cette nouvelle convention devrait avoir un impact positif sur l’activité des pharmaciens.

Bien que très réglementée (médicaments non soumis à prescription, site rattaché à une officine physique), la vente de médicaments sur internet se développera dans les prochaines années ce qui contribuera à renforcer les pressions concurrentielles (50% des médicaments vendus sur Internet sont falsifiés selon l’OMS).

 

L’organisation du marché

Selon la taille de l’officine :

La notion de taille est étroitement liée à la situation géographique. En centre-ville et dans les centres commerciaux, l’effectif de l’officine est supérieur à 5 personnes, son chiffre d’affaires dépassant les 760 K€. La clientèle, de passage est principalement sensible à la rapidité du service. Dans les quartiers, et plus encore en zone rurale, l’effectif est compris entre 2 et 5 personnes et le chiffre d’affaires inférieur à 760 K€. La clientèle, “captive”, exige davantage de conseils et de personnalisation. Depuis quelques années, le nombre de petites officines tend à diminuer. En effet, n’ayant pas de relais de croissance et de marge dans la parapharmacie (par manque de moyens et d’espace), elles subissent d’autant plus la baisse de leurs marges sur les médicaments remboursables.

 

Selon la nature du chiffre d’affaires :

De plus en plus d’officines se spécialisent. Les secteurs les plus fréquemment développés sont : l’homéopathie, la phytothérapie, la diététique, les médicaments vétérinaires, l’orthopédie, l’optique, l’audioprothèse. On distingue aussi les officines dont le chiffre d’affaires est essentiellement constitué par la vente de produits remboursables et celles qui vendent surtout des “médicaments familiaux” (aussi appelés médicaments autoprescrits : aspirine, pansements…) et des produits parapharmaceutiques.

 

  Pharmacie
Nombre d'officinesAu 9 mai 2016

22 134 (1)

Chiffre d'affaires du secteur (en milliards d'euros)2013

40,782 Md€ (2)

Évolution du chiffre d'affaires du secteur en valeur (indice ICA base 100 en 2010)

2015

2014

2013

2012

2011

2010

122,8 (3)

116,9

113,0

107,8

104,0

100,0

(1) Source : Conseil National Ordre Pharmaciens.

(2) Source : INSEE, ESANE.

(3) Source: INSEE, Bulletin statistique.

 

En savoir plus sur ce secteur : Pharmacie

Les principales organisations professionnelles

CNOP
Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens
4 avenue Ruysdaël 75379 Paris Cedex 8
Tel : 01 56 21 34 99
http://www.ordre.pharmacien.fr

 

FSPF
Fédération des Syndicats de Pharmaciens de France
13 rue Ballu 75009
Tel : 01 44 53 19 25
http://www.fspf.fr

 

CGPO
Collectif des Groupements de Pharmaciens
Tel : 03.80.56.42.32
http://www.collectif-groupements-pharmaciens.fr

 


La presse spécialisée

Impact Medicom
http://www.impact-medicom.fr

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.