Les points de vigilance de l'optique Dernière mise à jour le 21/10/2016

Les principales difficultés du métier

Bien que le secteur de l’optique-lunetterie soit protégé par le monopole sur la vente des verres médicalisés, les professionnels évoluent sur un marché en profonde mutation.

 

La maîtrise des achats :

Les commerces indépendants isolés ne peuvent pas proposer des tarifs compétitifs face aux commerces indépendants organisés. L’adhésion à une centrale d’achat devient par conséquent indispensable, d’autant que la technicité des matériaux progressant, les coûts d’approvisionnement sont à la hausse.

 

La gestion des stocks :

Les stocks de montures doivent être parfaitement maîtrisés. Les effets de mode peuvent rapidement déprécier la valeur d’un stock de montures.

 

Les charges de personnel :

L’activité étant très spécifique, le personnel doit être qualifié, ce qui implique des niveaux de rémunération relativement élevés. La rentabilité de chaque poste occupé doit être suivie par le professionnel.

 

La qualité de l’emplacement :

La clientèle privilégiant la proximité, le choix de l’emplacement est primordial. Le professionnel doit toutefois veiller à ce que les loyers ne soient pas trop élevés.

 

La dépendance au système de protection du patient :

Une part importante des dépenses d'optique étant à la charge des clients, le secteur est très sensible au niveau de pouvoir d'achat des consommateurs. Le plafonnement de la prise en charge des frais d’optique par les mutuelles applicable depuis le 1er avril 2015 (remboursement maximum de 470 euros pour les verres simples et de 850 euros pour les verres complexes, remboursement maximum de 150 euros pour les montures, prise en charge des verres et lunettes limitée à une fois tous les deux ans au lieu d’une fois par an) renforce cette dépendance.

 

Dans ce contexte, les professionnels de l’optique intégrés à un réseau sous enseigne, proposant une bonne qualité de services et disposant d’un bon emplacement, sont les mieux armés pour résister aux évolutions du secteur.

 

  Commerce et réparation automobile
Evolution du nombre de défaillance

 

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

 

13 851 (1)

14 135

13 647

13 424

13 265

13 820

12 695

11 924

11 480

11 896

Taux de survie au-delà des 5 premières années

Optique, photographie

Commerce et réparation

Moyenne tous secteurs

84,2 % (2)

46,1 %

51,9 %

(1) Source : Banque de France.

(2) Source : Insee, Taux de Survie à 5 ans pour la génération 2006.

 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.