Le marché de l'optique Dernière mise à jour le 21/10/2016

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

Compétences

  • Qualification professionnelle
  • Aptitudes commerciales
  • Maîtrise de la gestion

Spécificités

  • Poids des investissements
  • Importance de la qualité de l'emplacement
  • Intensité de la concurrence

Vie privée

  • Niveau de rémunération
  • Degré des contraintes horaires
  • Facilité de remplacement

Soutenue par des facteurs structurels (vieillissement de la population, généralisation des supports numériques, plus grande attention pour la santé), la croissance du chiffre d’affaires du secteur a été dynamique ces dernières années.

Toutefois, la bonne tenue du marché de l’optique a attisé les convoitises des réseaux sous enseigne, entraînant une surdensité commerciale au détriment du chiffre d’affaires moyen par magasin qui baisse d’année en année.

Par ailleurs, la libéralisation du marché de l’optique sur Internet, instituée par la loi relative à la consommation (loi 2014-344 du 17 mars 2014, dite loi Hamon), a contribué à intensifier les pressions concurrentielles et tarifaires .

Enfin, le plafonnement de la prise en charge des frais d’optique par les mutuelles depuis le 1er avril 2015 (remboursement maximum de 470 euros pour les verres simples et de 850 euros pour les verres complexes, remboursement maximum de 150 euros pour les montures, prise en charge des verres et lunettes limitée à une fois tous les deux ans au lieu d’une fois par an) a un impact lourd sur le secteur.

Dans ce contexte, les opticiens seront contraints de se différencier par des concepts innovants et une identité forte. Ils devront également se diversifier (audioprothèse, objets connectés).

Par ailleurs, le développement d’internet comme canal de distribution de lunettes correctrices et de lentilles de contact contribue à intensifier les pressions concurrentielles. Ces sites (pure player comme Sensee ou enseignes se diversifiant sur Internet comme Krys) proposent un positionnement prix très attractif (jusqu’à 70% moins cher qu’en magasin) qui répond aux attentes des consommateurs dans un contexte de faible pouvoir d’achat.

 

Tendances

La loi de modernisation de notre système de santé (loi 2016-41 du 26 janvier 2016) a octroyé de nouvelles prérogatives aux opticiens : adaptation des corrections optiques des prescriptions de lentilles de contact correctrices et de verres correcteurs  en cas de renouvellement de délivrance, possibilité de délivrer un équipement sans ordonnance en cas de perte ou de bris de verres correcteurs si l'opticien constate une urgence, délivrance d'équipements optiques au domicile des patients ou au sein d'établissements de santé (décret 2016-1381 du 12 octobre 2016).

Face à la pénurie de médecins ophtalmologistes, des compétences supplémentaires pourraient être confiées aux opticiens à l’avenir.

 

L’organisation du marché

- Les indépendants non rattachés à un réseau sous enseigne : alors qu'ils représentent près de la moitié des points de vente du secteur, ils ne réalisent qu'un quart du chiffre d'affaires du secteur.

Leur chiffre d'affaires moyen se situe autour de 350 000 euros.

- Les groupements coopératifs (rassemblent des opticiens adhérant à une même centrale d’achat) : ils représentent 35% des magasins d'optique et réalisent près de 30% du chiffre d'affaires du secteur.
Les principales enseignes sont Optic 2000 (2 200 unités), Krys (850 unités) et Atol (800 unités).

Leur chiffre d'affaires moyen se situe autour de 600 000 euros.

- Les réseaux de franchise : bien qu'ils ne comptabilisent que 2 000 points de vente, ils captent près de 30% du marché de l'optique en valeur.

Les principales enseignes sont Alain Afflelou (750 unités) et Générale d'Optique (450 unités).

Leur chiffre d'affaires moyen se situe autour de 850 000 euros.

- Les réseaux mutualistes : les mutuelles constituent des réseaux d'opticiens agréés avec lesquels elles négocient des tarifs et déterminent les conditions de prise en charge. Les 750 points de vente mutualiste réalisent moins de 10% du marché de l'optique.

 

  Optique
Nombre d'entreprises du secteur2015

10 976 (1)

Chiffre d'affaires du secteur (en milliards d'euros)2012

5,298 Md€ (2)

Évolution du chiffre d'affaires du secteur en valeur (indice ICA base 100 en 2010)

2015

2014

2013

2012

2011

2010

118,3 (3)

114,2

112,6

109,8

106,2

100,0

(1) Source : INSEE, démographie des entreprises et des établissements 2015 - champs marchand non agricole, Stocks d'entreprise au 1er janvier 2015.

(2) Source : INSEE, ESANE.

(3) Source : INSEE, Bulletin statistique.

 

En savoir plus sur ce secteur : Optique

Les principales organisations professionnelles

UDO
Union Des Opticiens
45, rue de Lancry - 75010 Paris
Tél. : 01.42.06.07.31 - Fax : 01.42.00.00.60
http://www.udo.org

 

SYNOPE
Syndicat des Opticiens sous enseignes
185 rue de Bercy - 75 579 Paris Cedex 12
Tel : 01.46.28.01.00 - Fax : 01.46.28.07.77
http://www.synope.org

 

SSCO
Société Scientifique de correction Oculaire
3 place du vieux puits - 78830 BONNELLES
Tel : 01.30.41.46.85

 

La presse spécialisée

Bien Vu
http://www.bienvu.ws

 

Inform’Optique
http://www.inform-optique.com

 

France Optique (Annuaire des fabricants, des détaillants et Mémo des marques)
http://www.france-optique.com

 

L’Essentiel de l’optique
http://www.essentiel-optique.com

 

Le Monde de l’optique
4, avenue de Tourville - 75007 Paris
Tél : 01 44 42 92 84 - Fax : 01 44 42 92 11

 

Acuité (portail d’information)
http://www.acuite.fr

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.