Les points de vigilance du commerce de détail de bricolage et quincaillerie Dernière mise à jour le 18/11/2016

Les principales difficultés du métier

Le secteur du commerce de détail de quincaillerie et bricolage est particulièrement risqué pour les petites structures traditionnelles.

 

• L’essor des magasins de hard discount :

La part des enseignes discounts ne cesse d’augmenter et ce phénomène devrait se poursuivre dans les années à venir, pénalisant les professionnels, qui ne peuvent concurrencer les "petits prix" de ces enseignes.

 

• La diminution du chiffre d’affaires :

La plupart du temps provoquée par la concurrence d’une grande surface de bricolage, elle a pour effet immédiat d’allonger la durée de rotation des stocks avec pour conséquence un déséquilibre de la trésorerie.

 

• L’inadaptation de la surface de vente :

Les petites structures traditionnelles situées en centre-ville, où les loyers sont très élevés, ne disposent pas de surface suffisante pour diversifier leurs rayonnages et proposer un large choix de produits.

 

• Le manque de qualification :

La compétence et le conseil sont des atouts essentiels pour se différencier des grandes surfaces de bricolage. Une bonne expérience professionnelle est également nécessaire pour anticiper les besoins de la clientèle et orienter la politique d’achats.

 

• La réduction des délais de paiement aux fournisseurs :

La réduction des délais de paiement aux fournisseurs fragilise les indépendants du secteur. Ces derniers sont contraints de modifier leur politique d’achats pour limiter la quantité d’invendus : réduction de la gamme de produits proposés, limitation des nouveautés…

 

• Un secteur dépendant du marché immobilier :

L’activité du secteur reste très dépendante du marché immobilier. En effet, un marché immobilier dynamique stimule les ventes de produits de bricolage émanant des aussi bien des professionnels du bâtiment que des particuliers.

Dans ce contexte, les entreprises de taille moyenne (300 à 1 000 m²) situées dans des secteurs non concurrencés par des grandes surfaces de bricolage, développant une stratégie de conseil et de fidélisation de la clientèle (SAV, cartes de fidélité …) sont les mieux placées pour réussir. L’adhésion à un groupement d’achat ou à une tête de réseau est un atout supplémentaire.

 

  Commerce et réparation automobile
Evolution du nombre de défaillance

 

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

 

13 727 (1)

13 851

14 135

13 647

13 424

13 265

13 820

12 695

11 924

11 480

11 896

Taux de survie au-delà des 5 premières années

Quincaillerie

Bricolage

Commerce et réparation

Moyenne tous secteurs

59,7 % (2)

54,1 %

46,1 %

51,9 %

(1) Source : Insee, Défaillances d’entreprises.

(2) Source : Insee, Taux de Survie à 5 ans pour la génération 2006.

 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.