Le marché du commerce de détail de bricolage et quincaillerie Dernière mise à jour le 18/11/2016

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

Compétences

  • Qualification professionnelle
  • Aptitudes commerciales
  • Maîtrise de la gestion

Spécificités

  • Poids des investissements
  • Importance de la qualité de l'emplacement
  • Intensité de la concurrence

Vie privée

  • Niveau de rémunération
  • Degré des contraintes horaires
  • Facilité de remplacement

Après avoir enregistré de bonnes performances au cours de la dernière décennie, le secteur du commerce de détail de quincaillerie et de bricolage évolue dans un contexte beaucoup moins porteur. Le rythme de croissance de son chiffre d’affaires en valeur tend aujourd’hui à ralentir.

Le secteur fait face à d’importantes difficultés (crise économique, retournement du marché immobilier, réduction des délais de paiement aux fournisseurs), à l’origine d’un ralentissement de son activité. Les professionnels du secteur sont confrontés à une diminution de leur chiffre d’affaires en volume, que l’effet prix ne suffit pas à compenser.

Toutefois, il existe des disparités entre les différents circuits de distribution qui connaissent des évolutions contrastées :

- le segment des surfaces supérieures à 400 m2 : il est porté par les grandes surfaces de bricolage (Leroy Merlin, Castorama…) dont les parts de marché s’accroissent. Elles bénéficient de nombreux avantages concurrentiels (attractivité des prix, élargissement de l’offre…) qui leur permettent de s’imposer face à leurs concurrents non spécialistes. Les négociants (Gédimat, Point P…) sont plus exposés aux conséquences des chutes de mises en chantier et des transactions immobilières dans l’ancien. Les acteurs positionnés sur le hard discount (Brico Dépôt..) restent très attractifs en raison des prix qu’ils proposent.

- le segment des surfaces inférieures à 400 m2 est le plus touché par ces évolutions. Fragiles, les quincailleries disposent d’une offre plus restreinte et ne parviennent pas à maintenir une politique tarifaire concurrentielle : elles perdent donc des clients au profit des puissants groupes du secteur.

Pour préserver leurs parts de marché, les magasins de bricolage doivent élargir leur offre de produits, renforcer leur offre de services (aide au montage, stage de formation…) et redoubler d’efforts pour séduire de nouveaux clients (emploi de personnel plus qualifié pour augmenter la qualité du conseil aux clients, baisse des prix…). Dans cet environnement concurrentiel difficile, les professionnels indépendants isolés peinent à résister aux difficultés liées à la réduction des délais de paiement. Ainsi, ils sont de plus en plus contraints de rejoindre les groupements et de se différencier par un service et des conseils personnalisés.

 

Tendances

La concentration du secteur va s’accentuer. Les acteurs du marché adopteront pour la plupart une politique d’extension des surfaces de vente (le maillage territorial étant quasi complet).

Les professionnels du secteur profiteront de l'amélioration du marché immobilier et des dispositifs fiscaux permettant de soutenir les travaux d'amélioration de l'habitat (éco prêt à taux zéro, crédits d'impôts, etc.).

L’organisation du marché

- Les grandes surfaces de bricolage (+ de 400 m2) représentent moins de 30% des entreprises du secteur mais réalisent plus de 80% du chiffre d'affaires en valeur.

Ce segment est dominé par deux groupes Kingfisher (Castorama et Brico Dépôt) et Adeo (Leroy Merlin, Weldom) dont les enseignes réalisent plus de 50% du chiffre d'affaires du secteur. A côté de ces succursalistes, les enseignes Mr Bricolage et Bricomarché fédèrent 1/3 des enseignes du segment.

- Les surfaces de bricolage inférieures à 400 m2 ne réalisent que 20% du chiffre d'affaires du secteur alors qu'elles représentent 70% des enseignes du secteur.

Plus de la moitié des entreprises de ce segment n'emploient pas de salariés.

 

  Commerce de détail de quincaillerie, peintures et verres en petites surfaces (moins de 400 m²)Commerce de détail de quincaillerie, peintures et verres en grandes surfaces (400 m² et plus)
Nombre d'entreprises du secteur2015

6 608 (1)

2 610 (1)

Chiffre d'affaires du secteur (en milliards d'euros)2013

2,842 Md€ (2)

17,060 Md€ (2)

Évolution du chiffre d'affaires du secteur en valeur (indice ICA base 100 en 2010)

2015

2014

2013

2012

2011

2010

108,6 (3)

106,6

106,4

105,4

104,1

100,0

107,4 (3)

105,4

105,8

105,3

103,6

100,0

(1) Source : INSEE, démographie des entreprises et des établissements 2015 - champs marchand non agricole, Stocks d'entreprise au 1er janvier 2015.

(2) Source : INSEE, ESANE.

(3) Source : INSEE, Bulletin statistique.

 

En savoir plus sur ce secteur : Commerce de détail de bricolage et quincaillerie

Les principales organisations professionnelles

UNIBAL
Union Nationale des Industriels du Bricolage, du Jardinage et de l’Aménagement du Logement
61 rue de l’Arcade, 75008 PARIS
Tél. 01.53.42.36.42
http://www.unibal.org

 

CFQ
Confédération Française de la Quincaillerie, Fournitures industrielles, Bâtiment, Habitat
91 Rue de Miromesnil, 75008 PARIS
Tél. 01.45.61.99.44
http://www.francequincaillerie.com

 

FMB
Fédération des Magasins de Bricolage
5 rue de Maubeuge, 75009 PARIS
Tél. 01.42.82.15.00.
http://www.fmbricolage.org

 

La presse spécialisée

BRICOMAG
http://www.bricomag-media.com

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.