L'activité du commerce de détail d'alimentation générale Dernière mise à jour le 31/10/2016

L’installation

L’acquisition du fonds est une formule souvent utilisée en centre-ville. Sa valeur dépend essentiellement de la qualité de son emplacement.

 

Les investissements

La conservation des produits frais impose des investissements plus élevés qui doivent être renouvelés tous les 10 ans environ (vitrines réfrigérées, chambre froide…). De même, la rénovation et l’aménagement des locaux font l’objet d’investissements fréquents.

 

La gestion

Le suivi au quotidien

Le professionnel suit l’évolution journalière et mensuelle de son chiffre d’affaires. Le maintien ou le développement de ce dernier est primordial. L’écoulement rapide de certains produits étant vital, il suit ses ventes au jour le jour et effectue des opérations de promotion en fonction de l’état des stocks. Il suit également la répartition de son chiffre d’affaires entre les produits à forte rentabilité (produits frais) et les autres (liquides et produits secs).

 

Les recettes de l’activité

Le chiffre d’affaires moyen de la profession varie fortement entre l’épicerie rurale et les alimentations générales urbaines. L’activité est relativement stable sur l’année.

 

Les charges à surveiller

Les achats représentent une part très importante du chiffre d’affaires. Il est impératif qu’ils soient parfaitement maîtrisés, surtout pour les produits frais. Les charges externes (location des murs, dépenses d’entretien, charges de sous-traitance…) sont très élevées en zone urbaine et touristique et pratiquement nulles en zone rurale (la commune, très souvent propriétaire des murs, loue le fonds à un prix avantageux).

 

La maîtrise du résultat

Le résultat dépend de la maîtrise du chiffre d’affaires et de la marge brute, liée en grande partie à la répartition du chiffre d’affaires entre produits frais et autres produits.

 

La gestion financière et les besoins en trésorerie

La trésorerie doit toujours être positive grâce au paiement comptant de la clientèle et aux délais de paiement accordés par les fournisseurs. Seuls les commerces dont l’activité est très saisonnière peuvent, ponctuellement, avoir besoin d’un crédit de trésorerie pour constituer leur stock d’avant saisons (commerces situés en zone touristique). Dans les autres cas, la trésorerie doit être positive. 

 

  Commerce d'alimentation générale
Evolution du nombre de création

 

2015

2014

2013

2012

2011

2010

 

2 528 (1)

2 947

2 533

2 487

2 320

2 209

Les ratios de gestion clefs

Chiffre d'affaires moyen

Marge brute

Excédent brut d'exploitation

Rotation des stocks

Crédit clients

Crédits fournisseurs

Besoin en fonds de roulement

 358 K€ (2)

32,95 % du CA

11,87 % du CA

28 jours de CA

2 jours de CA

31 jours de CA

- 5 jours de CA

(1) Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements - champ marchand non agricole, Créations d’entreprises.

(2) Source : Moyenne indicative élaborée à partir de données Insee "Données du compte de résultat et bilan pour les personnes physiques". Données exprimées en % et jours de chiffre d'affaires.

 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.