La réglementation de la réparation de matériel agricole Dernière mise à jour le 31/10/2016

Les aptitudes professionnelles

C’est un véritable professionnel de la mécanique agricole. Le professionnel devant maîtriser des technologies de plus en plus complexes, la qualification ne cesse d’augmenter vers les BAC professionnels et les BTS en agro-équipements. Le réparateur de machines agricoles a acquis une expérience professionnelle avant de s’installer comme mécanicien, chef d’atelier ou gérant d’une concession ou d’une succursale. De plus, cette formation initiale est désormais souvent complétée par des certificats de qualification professionnelle dans des domaines spécifiques (installation des machines à traire…).

Professionnel de terrain, il connaît parfaitement le milieu agricole dans lequel il évolue. Il doit être au fait de toutes les orientations technico-économiques de ses clients exploitants (production céréalière, laitière, viticulture …) pour s’adapter à leurs besoins. Disponible, il doit savoir tenir ses engagements en termes de délai et de qualité de maintenance. Enfin, il doit être rigoureux dans la gestion de son stock de pièces détachées et le suivi de la facturation.

 

L’environnement réglementaire

Les contraintes à l’installation

Aucun diplôme professionnel n’est obligatoire. Il est recommandé pour s’installer d’avoir suivi une formation en mécanique agricole, de bénéficier d’une expérience professionnelle solide et de bien connaître le milieu agricole. L’inscription se fait au répertoire des métiers et / ou au registre du commerce et des sociétés pour une activité de négoce.

 

Les principaux points de la règlementation professionnelle

Les constructeurs de machines agricoles imposent des règles commerciales et techniques très strictes aux agents et concessionnaires.

La loi de modernisation de l’économie (LME) du 4 août 2008 (2008-776) a débouché sur des mesures portant sur les délais de paiement aux fournisseurs. La LME plafonne les délais de paiement à 60 jours à compter de la date d’émission de la facture (ou 45 jours fin de mois).

 

Statut juridique et fiscal

Rendez-vous dans notre rubrique Les guides pratiques / Mes impôts & taxes pour connaître le taux de TVA qui s’applique à votre activité ainsi que le mode d’imposition de vos bénéfices.

Rendez-vous dans notre rubrique Les guides pratiques / Mon régime social pour connaître le montant des cotisations et des prestations de votre régime social obligatoire.

 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.