L'activité de l’imprimerie Dernière mise à jour le 23/03/2019

L’installation

La création est le mode d’installation le plus répandu.

D’anciens salariés recourent parfois à la reprise de leur entreprise.

 

Les investissements

Le taux moyen d’utilisation des capacités de production étant d’environ 60%, l’imprimeur devra veiller à ne pas engager d’investissements trop lourds ou à obsolescence trop rapide.

 

La gestion

Le suivi au quotidien

Le professionnel suit l'évolution de son chiffre d'affaires et de son carnet de commandes par donneur d'ordres. Il est très attentif à l'évolution des prix des consommables pour adapter ses tarifs. Une bonne gestion de la planification des impressions est essentielle pour optimiser l'utilisation des machines et respecter les délais prévus au contrat de services. Le professionnel réalise une veille quotidienne rigoureuse sur son domaine d'activité afin de suivre les évolutions technologiques.

 

Les recettes de l'activité

Le chiffre d'affaires réalisé est très variable en fonction de la clientèle (BtoC, BtoB), des volumes traités et de la technicité des prestations. Le professionnel veille à diversifier sa clientèle pour ne pas dépendre d'un seul donneur d'ordres.

 

Les charges à surveiller

L'amortissement des équipements, les achats de consommables représentent les principales charges. Les frais de personnel (20 % du CA HT) apparaissent nettement plus lourds que dans l’ensemble de l’industrie. Cette caractéristique s’explique par le niveau élevé de qualification requis pour exercer dans le secteur. Les frais de maintenance et d’entretien ainsi que la formation continue constituent aussi une charge fixe non négligeable.

 

La maîtrise du résultat

Le résultat dépend essentiellement de la rationalisation des équipements. Une sous-utilisation des équipements ou de mauvais choix technologiques peuvent être fatals à l'entreprise. Le taux de valeur ajoutée s’établit à environ 50 %, sous l’effet conjoint des achats de matières premières et des autres charges externes, (principalement les charges de location de matériel et le recours à la sous-traitance).

 

La gestion financière et les besoins en trésorerie

Bien que limités, les fonds propres assurent la couverture des immobilisations en raison du recours fréquent à la location du matériel. Par conséquent, le crédit bancaire est souvent sollicité pour le financement des besoins en fonds de roulement en raison de l’importance des délais de règlement, notamment pour les entreprises positionnées sur le segment BtoB. Le recours à l’affacturage pour les créances privées ou la mise en place d’une ligne Dailly allant jusqu’à un mois de CA apparaît souvent indispensable.

 

    L’imprimerie
Evolution du nombre de création

 

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

 

1 721 (1)

1 897

2 492

3 549

3 001

2 687

2 429

2 022

Les ratios de gestion clefs

Chiffre d'affaires moyen

Marge brute

Excédent brut d'exploitation

Rotation des stocks

Crédit clients

Crédits fournisseurs

Besoin en fonds de roulement

289 K€ (2)

80,37 %

21,69 %

57 jours

50 jours

48 jours

26 jours

(1) Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements - champ marchand non agricole, Créations d’entreprises.

(2) Source : Moyenne indicative. Données exprimées en % et jours (de chiffre d'affaires ou d'achat).

 

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.