Le marché de l'installation d’équipements d’énergie renouvelable Dernière mise à jour le 15/10/2018

Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ?

Compétences

  • Qualification professionnelle
  • Aptitudes commerciales
  • Maîtrise de la gestion

Spécificités

  • Poids des investissements
  • Importance de la qualité de l'emplacement
  • Intensité de la concurrence

Vie privée

  • Niveau de rémunération
  • Degré des contraintes horaires
  • Facilité de remplacement

Les professionnels du secteur bénéficient de l'engouement des ménages pour les énergies renouvelables, porté par l'intérêt croissant pour l'écologie et les dispositifs d'incitations financières :

- le crédit d’impôt pour la transition énergétique (Cite) et l’éco-prêt à taux zéro : le plan de relance du logement (2014) a simplifié le dispositif de crédit d'impôt (taux unique de réduction d'impôt de 30%, plus d'obligation de réaliser des bouquets de travaux) ainsi que l'éco-prêt à taux zéro (bouquets de travaux ou gain de performance énergétique globale). Par ailleurs, depuis le 1er mars 2016, il est possible de cumuler éco-prêt à taux zéro et le Cite sans condition de ressources.

- le programme « Habiter Mieux » : créé en 2013, ce dispositif permet aux ménages modestes de financer des travaux d’amélioration des performances énergétiques de leurs logements. Depuis début 2016, les bénéficiaires de ce dispositif peuvent obtenir un éco-prêt à taux zéro Habitat Mieux afin de financer le reste à charge des travaux.

De plus, les professionnels du secteur profitent du redressement de l'activité du secteur du bâtiment depuis fin 2015 (en volume : +1,6% en 2016, + 4,7% en 2017). Elle est principalement tirée par le segment de construction neuve et plus particulièrement par le résidentiel privé.

D’une part, la capacité d’emprunt des ménages et des investisseurs immobiliers augmente sous l’effet de la faiblesse des taux d’intérêt.

D’autre part, les dispositifs fiscaux (Pinel) favorisent les investissements locatifs. Enfin, le prêt à taux zéro soutient les ventes aux propriétaires accédants.

La croissance modérée du segment de l’amélioration-entretien, qui représente 56% de l’activité du secteur du bâtiment, est, quant à elle, soutenue par la bonne tenue du marché dans l’ancien et les mesures incitatives en faveur de la transition énergétique (Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique, éco-prêt à taux zéro).

Bien que les carnets de commandes des entreprises du secteur se remplissent à nouveau depuis fin 2015, les professionnels du secteur sont confrontés à la concurrence des travailleurs détachés et du travail illégal : le recours au travail détaché a été multiplié par huit ces dix dernières années. Dans ce contexte, les pressions tarifaires sont exacerbées ce qui pèse sur les marges des professionnels déjà affectées par la hausse du prix des matières premières.

Suite aux accords d’éco-conditionnalité passés entre l’Etat et l’Ademe, les travaux de rénovation énergétique sont éligibles aux différents dispositifs (éco-prêt à taux zéro, Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique) à condition qu’ils soient réalisés par des professionnels qualifiés "RGE" (Reconnu Garant de l’Environnement). Dans ce contexte, l’engagement dans une démarche qualité est devenu incontournable pour accéder au marché porteur des travaux d'amélioration des performances énergétiques des logements.

 

Tendances

Portée par le dynamisme de la construction neuve, la reprise de l’activité se confirmera mais à un rythme moins soutenu : l’activité en volume du bâtiment devrait progresser de 2,4% en 2018 (contre 4,7% en 2017).

Alors que le marché du non résidentiel continuera de se redresser, le rythme de croissance de la construction de logements neufs devrait fléchir. Malgré des taux d’intérêt attractifs, l’accession à la propriété sera pénalisée par le recentrage du prêt à taux zéro (sa quotité passe de 40% à 20% en zone B2 et C dans le neuf) et la suppression du dispositif « APL accession ». La refonte du zonage du dispositif Pinel (exclusion des zones B2 et C) pèsera quant à elle sur l’investissement locatif.

Malgré la réforme du Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (exclusion des fenêtres isolantes et des chaudières à très haute performance énergétique au fioul au 30 juin 2018, transformation du crédit d’impôt en prime versée à l’achèvement des travaux, prise en compte des revenus afin de favoriser les ménages en situation de précarité énergétique), le segment de l’entretien-rénovation sera soutenu par le plan de rénovation énergétique (objectif de 500 000 rénovations de logement par an) et le nouvel éco-prêt à taux zéro qui sera simplifié et renforcé (prolongé jusqu’en 2021, étendu à tous les logements de plus de 2 ans, suppression de l’obligation de bouquet de travaux).

Fin mai 2018, le Parlement européen a adopté la révision de la directive sur le travail détaché du 16 décembre 1996. Les principales mesures sont : rémunérations des travailleurs détachés alignées sur celles des salariés sur place, durée de détachement limitée à 12 mois avec une possibilité de prolongation de 6 mois supplémentaires et extension des conventions collectives aux travailleurs détachés (les cotisations sociales applicables à la rémunération du travailleur détaché restent celles du pays d’origine). Pour lutter contre la fraude au détachement, un travailleur doit désormais avoir été affilié à la sécurité sociale de son Etat d’origine pendant au moins trois mois pour être régulièrement détaché. Les Etats membres ont deux ans pour transposer la directive.

L’organisation du marché

Selon le type d'énergie renouvelable :

- le solaire photovoltaïque : l’énergie est produite grâce à des capteurs photovoltaïques.

- le solaire thermique : l’énergie est produite grâce à des capteurs solaires, il est utilisé pour la production d’eau chaude sanitaire.

- l’éolien : l’énergie est produite grâce à des aérogénérateurs.

- la géothermie : elle utilise la chaleur du sous-sol.

    Installation d’équipements d’énergie renouvelable
Nombre d'entreprises du secteur 2015

13 000 (1)

Chiffre d'affaires du secteur (en milliards d'euros) 2015

5,9 Md€ (2)

Évolution du chiffre d'affaires du secteur en valeur (indice ICA base 100 en 2010)

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

Nc (3)

Nc

Nc

Nc

Nc

Nc

Nc

Nc

(1) Source : Ademe.

(2) Source : Ademe.

(3) Source : INSEE, Bulletin statistique.

 

En savoir plus sur ce secteur : Installation d’équipements d’énergie renouvelable

Les principales organisations professionnelles

Syndicat des énergies renouvelables
13-15 rue de la Baume - 75 008 Paris
Tel : 01 48 78 05 60
http://www.enr.fr

 

Qualit’EnR
Centre de gestion des appellations Qualit’EnR
24, rue Saint Lazare – 75009 Paris
Tél. 01 48 78 70 90 - Fax 01 42 46 13 45
http://www.qualit-enr.org

 

CLER
Comité de Liaison Energies Renouvelables
47, avenue Pasteur - 93 100 Montreuil
Tel : 01 55 86 80 00
http://www.cler.org

 

Pour en savoir plus sur la mention RGE (Reconnu Garant de l'Environnement)

Site de l'Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie)
http://www.ademe.fr/entreprises-monde-agricole/labels-certifications/entreprise-batiment

Voir un autre secteur d'activité

Pour parfaire votre connaissance du secteur d’activité sur lequel vous souhaitez vous lancer, le Crédit Agricole met à votre disposition plus d’une centaine de fiches d’informations sectorielles.

Ces outils, utilisés également par les experts du Crédit Agricole, compilent les informations nécessaires à la construction de votre business plan et à la maîtrise de votre marché. Vous y trouverez des données clés sur votre marché, ses atouts et ses freins, les indicateurs standards le caractérisant ou encore sa réglementation.

Veuillez sélectionner le secteur et le secteur d'activité.