1
Réfléchir à la création de mon entreprise

60 min

pour tout savoir
sur cette étape

Quels sont les avantages et les inconvénients de la franchise ?

Le “commerce indépendant organisé” est une forme de commerce qui allie l’autonomie de l’entreprenariat indépendant à la puissance et au dynamisme des groupes. Dans ce modèle, chaque commerçant indépendant est membre d’un réseau intégré qui peut être soit la franchise, soit le commerce associé.

La franchise

La franchise permet de créer son entreprise en s’appuyant sur un concept éprouvé et déjà existant, en bénéficiant de l’expérience, du savoir-faire et du support du franchiseur. C’est une création d’entreprise qui présente des risques limités et qui propose :

– un concept clés en main qui a fait ses preuves ;

– la notoriété d’une enseigne ;

– le soutien d’un franchiseur. 

La franchise est un modèle de commerce fondé sur une étroite collaboration entre un franchiseur et plusieurs autres entreprises indépendantes financièrement et juridiquement que sont les franchisés adhérents au réseau. 

Le franchiseur vous permet l’exploitation d’une entreprise en totale conformité avec son concept, dont il a clairement défini les normes dans le Document d’Information Précontractuel (DIP).

Il s’engage à vous transmettre son savoir-faire et les fondamentaux de son concept, par le biais d’une formation initiale, et à améliorer vos connaissances en cours de contrat par des formations continues. Il vous assure également un soutien au cours de l’exploitation de votre fonds de commerce (services juridique, marketing, logistique…).

Ces services ont une contrepartie monnayable : le versement d’un droit d’entrée lors de votre adhésion au concept et, la plupart du temps, le paiement de redevances d’exploitation.

Le droit d’entrée est librement fixé par les franchiseurs et peut varier très fortement d’une enseigne à l’autre. Les redevances sont généralement calculées à partir d’un pourcentage sur le chiffre d’affaires. 

  • Les questions à se poser

Certaines précautions sont à prendre avant de s’installer en franchise. Il vous faut valider les points suivants.

– Quelles sont les spécificités du concept et les obligations imposées par le franchiseur ?

– Quelle qualité financière présente la tête de réseau ? Quelle est sa rentabilité ?

– Quel savoir-faire vous transmet-il ?

– Quels sont les coûts réels d’adhésion ?

– Quels sont les services et outils proposés par le franchiseur et ses garanties ? 

Il est important de valider la solidité financière du franchiseur et des franchisés : lisez attentivement le Document d’Information Précontractuel (DIP) du franchiseur et informez-vous sur les chiffres d’affaires et bilans des franchisés.

Non obligatoire mais courante, la remise de comptes d’exploitation prévisionnels pourrait vous aider à évaluer la solidité financière de votre futur point de vente, en le comparant avec les résultats des autres franchisés. 

L’échange avec les franchisés déjà existants est capital, il vous permet de mieux calibrer vos besoins financiers, notamment vos besoins de trésorerie au démarrage, indispensables au lancement de votre activité dans l’attente d’un chiffre d’affaires qui vous permettra le paiement total de vos charges.

Il vous permet également de mieux appréhender la dimension humaine existante au sein du réseau. Quelle relation le franchiseur entretient-il avec ses franchisés ? Y a-t-il un esprit réseau et une entraide ? N’hésitez donc pas à rencontrer d’autres franchisés de la même enseigne et à discuter avec eux. 

Pourquoi ne pas passer du temps dans le réseau en tant que salarié ou stagiaire avant de se lancer ? Cette expérience peut vous donner une vision bien réelle de l’activité de votre future franchise.

  • Souplesse et contraintes

En tant que franchisé, vous êtes avant tout un entrepreneur indépendant. Vous bénéficiez d’une souplesse et d’une marge d’action sur votre point de vente, dans la limite du respect des normes contractuelles du concept.

Le système de franchise prévoit que le franchisé reste indépendant financièrement et juridiquement du franchiseur, malgré l’adhésion à une enseigne commune.

Le commerce associé (les groupements)

Autre possibilité de création au sein d’un réseau, le commerce associé, en rejoignant un groupement d’indépendants. 

C’est un réseau organisé par des commerçants indépendants propriétaires de leur point de vente et qui ont choisi de s’associer (autour d’une coopérative, d’une chaîne volontaire…), afin de mutualiser leurs forces et leurs ressources pour développer une stratégie commune. 

Contrairement à la franchise, chaque adhérent d’un groupement détient une ou plusieurs actions de la structure tête de réseau. Ils sont ainsi tous propriétaires du concept et le font évoluer ensemble. 

  • Action groupée

Les adhérents peuvent exercer différentes activités communes, comme les achats, la logistique, et profiter des services proposés par le groupement (marketing, assistance comptable, formations). L’objectif est de mutualiser les achats et de profiter ainsi de conditions avantageuses. Le plus souvent, le groupement possède une centrale d’achat, des entrepôts ou des plateformes logistiques communes. 

Les entreprises adhérentes restent indépendantes et sont libres de choisir de mettre en place les dispositifs proposés dans leurs points de vente. 

  • Politique d’enseigne

Les adhérents peuvent constituer une politique d’enseigne commune pour apporter une cohésion : la mise à disposition d’enseignes et/ou de marques, l’élaboration d’un concept de point de vente, la réalisation de campagnes publicitaires et des actions promotionnelles communes.

 

 

Le conseil de Sophie

Conseillère Professionnels au Crédit Agricole

Le conseil de Sophie, conseillère Professionnels au Crédit Agricole

La création d’entreprise est une aventure qui demande de l’endurance, l’envie doit vous guider ! Vous devez, à ce stade du projet, prendre le temps de la réflexion, mettre vos idées au clair et bien évaluer vos motivations au regard des exigences de votre projet.