6.
Trouver des aides et des financements

40 min

pour tout savoir
sur cette étape

L'affacturage

L’affacturage

L’affacturage est une technique de financement qui permet de palier les retards de paiement de la part de ses clients. Solution à court terme pour la trésorerie, elle représente toutefois un coût à ne pas négliger pour l’entreprise.

Qu’est-ce que l’affacturage ?

Face aux retards de paiement, la technique de l’affacturage représente un apport de trésorerie qui permet d’anticiper les manques.

Le principe de l’affacturage

La technique consiste à céder la créance de son client à un établissement spécialisé – « Factor » – qui avance la somme, puis propose ensuite différentes prestations. Il peut se charger lui-même du recouvrement auprès du débiteur soit l’enregistrement des factures, les relances et les encaissements, proposer une assurance-crédit ou simplement financer la trésorerie.

En général, la somme est transmise dès la signature du contrat d’affacturage : les factures à recouvrir sont cédées par l’entreprise au factor sous la forme d’un contrat d’affacturage qui précise le cadre de l’opération : le montant total à rembourser soit l’« encours total », les conditions du fonds de garantie…

Le fonds de garantie sert à limiter les risques pris par le factor. Il est constitué par un pourcentage évalué en amont du contrat puis prélevé sur chaque facture cédée par l’entreprise. En cas d’impayé, il vise à couvrir la somme avancée par le factor. Il est restitué en fin de contrat ou en cas de rupture de contrat.

Les conditions de l’affacturage

Toutes les entreprises peuvent avoir recours à l’affacturage, mais toutes les créances ne peuvent être prises en charge par l’affacturage : il ne peut s’agit que de professionnels, des établissements privés ou organismes publiques. L’affacturage ne peut concerner des factures émises pour des particuliers.

Souvent, vous devrez souscrire à une assurance-crédit, pour couvrir le risque d’impayé.

Les différents types d’affacturage

Confidentiel, ponctuel, spécifique à l’activité… il existe différentes formes d’affacturage dont :

  • L’affacturage classique : le factor avance la somme des créances dans les 24h à l’entreprise, et les clients ayant contracté les dettes en sont informés pour adresser leur recouvrement directement au factor.
  • L’affacturage semi-confidentiel : « notifié non géré », c’est l’entreprise qui prend en charge la relance client, et le client recouvre sa dette auprès de l’entreprise, et non plus auprès du factor.
  • L’affacturage confidentiel ou « non géré » : les clients ne sont pas mis au courant du recours de l’entreprise à un factor, et recouvre sa dette directement auprès de l’entreprise. 
  • L’affacturage ponctuel : l’entreprise n’a recours au factor que pour une ou plusieurs créances précises, sans avoir à s’engager dans un contrat à long terme.
  • L’affacturage inversé ou « reverse factoring » : Sur le principe d’un affacturage classique, le débiteur s’adresse directement au factor pour avancer le montant de sa dette au fournisseur. Il rembourse ensuite sa dette directement au factor. 
  • L’affacturage import-export : l’affacturage export est un affacturage classique engageant un client étranger, et l’affacturage import est un affacturage classique « inversé », avec un fournisseur étranger. 

Pourquoi recourir à l’affacturage ?

L’affacturage est avant tout un moyen d’éviter le manque de trésorerie en constituant un apport rapide en liquidité. Il est aussi une protection contre le risque d’impayés. Comme solution à court terme, elle est adaptée aux entreprises en croissance, en période d’investissement ou saisonnières : l’affacturage est un moyen de lisser ses rentrées d’argent. 

Suivant la prestation du factor, il peut aussi permettre de réduire les charges administratives et de réduire les frais de gestion des comptes clients. Il peut également éviter de recouvrir à un emprunt auprès d’un établissement bancaire.

Les points de vigilance de l’affacturage

Avantageux dans l’immédiat, la technique de l’affacturage doit être anticipée à plus long terme, en raison de ses implications, avec notamment :

  • Le coût de l’affacturage : En comptant la gestion des comptes clients, les frais de dossier, le montant des commissions, l’affacturage représente un coût certain, à supporter à plus long terme. Il faut distinguer les commissions de service, liées à la gestion administrative, des commissions de financement, dont le pourcentage est évalué par rapport à la taille de votre entreprise, son chiffre d’affaires, la capacité de financement de vos clients. 
  • La relation client : l’établissement d’affacturage se chargeant lui-même du recouvrement des créances et de la gestion des comptes clients, vous n’aurez plus la même relation avec vos clients. Confiance, personnalisation, relation humaine… certains clients ont besoin d’un lien privilégié pour rester fidèle à leur fournisseur.