Creation entreprise - Je suis entrepreneur : Pour bien construire chaque étape de mon projet création d'entreprise
Envoyer à un(e) ami(e)Imprimer cet article
Accueil du site / Mes outils & services / Infos métiers / Services / Réparation de matériel électrique et électronique

Infos métiers

Services


Réparation de matériel électrique et électronique

Mise à jour : 15/03/2014



Le marché

Le marché


Malgré la hausse de la consommation de produits bruns/blancs et l’évolution de la réglementaire européenne portant à 2 ans la garantie obligatoire des biens de consommation, le volume d’activité des professionnels du secteur décline.

Plusieurs facteurs pénalisent le secteur de la réparation électrique et électronique :

- l’évolution structurelle des circuits de distribution des produits bruns/blancs : le développement des grandes surfaces spécialisées (GSS) a entraîné l’émergence de services après-vente intégrés au détriment des réparateurs indépendants,

- l’évolution de la nature de l’offre : l’équipement en produits blancs ayant atteint son seuil de maturité, ce sont les produits bruns à forte technicité (technologie du numérique, multimédia…) qui se vendent aujourd’hui. Ces produits exigent des compétences techniques pointues et un matériel de plus en plus perfectionné et coûteux que les petits réparateurs indépendants ne peuvent pas toujours acquérir,

- la baisse des prix des équipements électriques et électroniques : les prix attractifs sur ces équipements incitent les consommateurs à se ré-équiper pour profiter des évolutions technologiques permanentes plutôt que de faire réparer,

- la hausse de la fiabilité des produits vendus : l’intense concurrence qui règne entre fabricants incite ces derniers à proposer aux consommateurs des produits fiables afin de les fidéliser.

Dans ce contexte, les indépendants sont fortement pénalisés par les stations techniques de réparation agréées par les fabricants et par les GSS qui leur sous-traitent leur service après vente.

Tendances


Face au développement de produits à forte technicité, les indépendants tendent à se regrouper en associations (ASTEC, SAVELEC), afin de mettre à profit la complémentarité de leurs compétences pour répondre à l’ensemble des demandes. Les professionnels devraient moins travailler en atelier. Néanmoins ils devraient se déplacer de plus en plus pour assurer des installations toujours plus complexes ainsi que le suivi et la maintenance des appareils.


L’organisation du marché


- Les réparateurs indépendants spécialisés interviennent soit pour le compte de particuliers, soit en sous-traitance de magasins de détail. Ils perdent régulièrement des parts de marché au profit des SAV vendeurs et fabricants. Ces entreprises sont généralement de petite taille.

- Les centres techniques agréés sont des sociétés indépendantes agréées par les fabricants. Elles permettent à ceux-ci d’externaliser une partie du SAV en le sous-traitant.


Nombre d’entreprises du secteur en 2013 Chiffre d’affaires du secteur en 2011 Evolution du chiffre d’affaires du secteur en valeur
Produits bruns 2 275   (en milliards d’euros)

(Indice ICA base 100 en 2005)

Produits blancs 2 556   1,127 Md€

Réparation de produits électronique grand public

(Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements 2013 - champ marchand non agricole, Stocks d’entreprises au 1er janvier 2013)

(Source : Insee, Esane)

2013 96,1
2012 101,5
2011 108,8
2010 106,4
2009 109,0
2008 110,2
(Source : Insee, Bulletin Statistique)

 


Note de l'article :
2 votes
Vous aussi notez cet article

Le métier et la règlementation

Les aptitudes professionnelles


Le professionnel doit avoir une bonne maîtrise des appareils sur lesquels il intervient. Il doit savoir adopter une démarche rationnelle pour localiser les pannes et établir les diagnostics. Pour la réparation de produits bruns, la dextérité manuelle, la minutie et la rigueur sont indispensables. Pour les produits blancs, les capacités physiques sont plus sollicitées (difficulté d’accès à la panne, poids des machines, travail souvent à genoux). Enfin, le professionnel doit savoir faire preuve de qualités commerciales et relationnelles. Il doit pouvoir apporter un maximum de conseils à ses clients.

L’environnement règlementaire


Les contraintes à l’installation

Aucune formation n’étant obligatoire pour exercer l’activité.

L’artisan doit être inscrit au répertoire des Métiers.

Les principaux points de la règlementation professionnelle

Les entreprises sont tenues d’afficher le taux horaire de main d’œuvre, les modalités de décompte du temps passé, le prix TTC des différentes prestations proposées, les frais de déplacement ainsi que le caractère payant ou gratuit du devis.

Le devis est obligatoire préalablement à toute intervention d’un montant supérieur à 150 €.

Le dépanneur est tenu à une obligation de résultat (art. 1147 et 1915 du Code Civil). L’arrêté du 02-03-90 et l’article L121-21 du Code de la Consommation fixent les règles pour le dépannage à domicile.


Statut juridique et fiscal

Rendez-vous dans notre rubrique Mon guide pratique / Mes impôts & taxes pour connaître le taux de TVA qui s’applique à votre activité ainsi que le mode d’imposition de vos bénéfices.


Rendez-vous dans notre rubrique Mon guide pratique / Mon régime social pour connaître le montant des cotisations et des prestations de votre régime social obligatoire.

L’exercice de l’activité

L’installation


La création est le mode d’installation le plus courant. Le professionnel est souvent un technicien qui travaillait chez un distributeur. Il a besoin d’un local d’une surface moyenne de 100 m² afin de stocker les pièces détachées et le matériel défectueux.

La reprise n’a pas beaucoup d’intérêt dans la mesure où elle ne garantit pas la conservation d’un agrément de station agréée par les fabricants (l’agrément est intuitu personae et non transmissible).


Les investissements


Même s’il reste d’un coût relativement modeste, le matériel est de plus en plus onéreux du fait de sa sophistication.

La gestion


Le suivi au quotidien

Le professionnel suit l’évolution de son chiffre d’affaires et sa répartition entre vente de pièces détachées et prestations proprement dites. Il doit réaliser 6 à 8 interventions par jour pour se garantir un chiffre d’affaires suffisant. Son carnet de commandes ne se remplit qu’au fur et à mesure, au mieux d’une semaine sur l’autre.

Les recettes de l’activité

La vente de pièces détachées, sur lesquelles les marges sont particulièrement faibles, représente en moyenne 60% du chiffre d’affaires global. Les tarifs horaires appliqués sont plus élevés lorsque le professionnel a une clientèle de particuliers. Par contre, ils sont beaucoup plus faibles dans des contrats de sous-traitance ou de maintenance pour le compte de collectivités.

Les charges à surveiller

Les achats représentent 43% du chiffre d’affaires. Lorsque le professionnel exerce seul, ses cotisations personnelles constituent le second poste de charge. Dans les entreprises plus importantes, ce sont les charges de personnel qui viennent derrière les achats. La formation et les frais de publicité constituent les autres dépenses importantes. Il faut aussi compter sur l’entretien de la voiture ainsi que sur les assurances.

La maîtrise du résultat

Les taux moyens de marge brute de la profession sont en baisse du fait de la stabilité des tarifs et de l’augmentation des charges.

La gestion financière et les besoins en trésorerie

Le besoin en fonds de roulement est réduit du fait de l’achat des pièces détachées au coup par coup et du règlement comptant de la clientèle de particuliers. Seules les entreprises intervenant fréquemment en sous-traitance et/ou pour le compte de collectivités ont un BFR plus important.


Evolution du nombre de création (1) Les ratios de gestion clefs
2013 468 Chiffre d’affaires moyen 144 K€
2012 519 Marge brute (en % du CA) 68,01 %
2011 535 Excédent brut d’exploitation (en % du CA) 21,83 %
2010 224 Rotation des stocks (en jours de CA) 49 J
2009 196 Crédit clients (en jours de CA) 29 J
(Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements - champ marchand non agricole, Créations d’entreprises) Crédit fournisseurs (en jours de CA) 47 J
Besoin en fonds de roulement (en jours de CA) 14 J
(Moyenne indicative élaborée à partir de données Insee "Données du compte de résultat et bilan pour les personnes physiques", 2009)


(1) : Jusqu’en 2006 : le nombre de créations correspond aux créations pures.

"Depuis le 1er janvier 2007, la notion de création d’entreprise s’appuie sur un concept harmonisé au niveau européen pour faciliter les comparaisons : une création d’entreprise correspond à la mise en œuvre de nouveaux moyens de production.
Par rapport aux immatriculations dans Sirene, on retient comme création pour satisfaire au concept harmonisé :

- 1 : les créations d’entreprise correspondant à la création de nouveaux moyens de production (il y a nouvelle immatriculation dans Sirene) ;

- 2 : les cas où l’entrepreneur (il s’agit en général d’un entrepreneur individuel) reprend une activité après une interruption de plus d’un an (il n’y a pas de nouvelle immatriculation dans Sirene mais reprise de l’ancien numéro Siren) ;

- 3 : les reprises par une entreprise nouvelle de tout ou partie des activités et moyens de production d’une autre entreprise (il y a nouvelle immatriculation dans Sirene) lorsqu’il n’y a pas continuité de l’entreprise reprise.

On considère qu’il n’y a pas continuité de l’entreprise si parmi les trois éléments suivants concernant le siège de l’entreprise, au moins deux sont modifiés lors de la reprise : l’unité légale contrôlant l’entreprise, l’activité économique et la localisation." (Insee)

Les difficultés du métier

Les difficultés du métier


Bien qu’il soit peu consommateur de financements, le secteur reste risqué.

Les principales difficultés pour le créateur sont :

• La dépendance à la sous-traitance :

Du fait des difficultés du secteur de la vente d’équipements, la position de sous-traitant est particulièrement délicate. Le professionnel doit être vigilant dans la gestion de ses encours client et il doit diversifier sa clientèle.


• La diminution de la marge brute :

Du fait de la diminution des prix du matériel neuf, les professionnels sont obligés de stabiliser, voire de diminuer leurs tarifs. En effet, lorsque l’écart de coût est insuffisant, le remplacement pur et simple du matériel défectueux est préféré à sa réparation.


• La compétence de l’exploitant :

Le professionnel doit non seulement avoir des aptitudes de base très solides, mais il doit en plus les adapter aux évolutions technologiques. La formation est essentielle pour maîtriser les avancées technologiques très rapides, particulièrement dans le domaine des produits bruns.


Dans ce contexte, les professionnels très qualifiés, qui privilégient la formation continue, le conseil et le dynamisme commercial et qui fonctionnent en réseaux avec d’autres professionnels aux compétences complémentaires, sont les mieux à même de réussir.


Evolution du nombre de DEFAILLANCE TAUX DE SURVIE AU DELà DES 5 premieres années
2010 20

Réparation de produits blancs et bruns

87,4 %
2009 30 Moyenne tous secteurs 51,9 %
2008 27
2007 31 (Source : Insee, Taux de Survie à 5 ans pour la génération 2002)
2006 35
(Source : Insee, Défaillances d’entreprises)


Pour aller plus loin

Les principales organisations professionnelles


OSCREM
Organisation Nationale des Spécialistes du Commerces et des Services de la Radio Télévision, de l’Électronique domestique et de l’Équipement Ménager
104 rue Lafayette - 75 010 Paris
Tel.01.44.79.94.90
http://www.oscrem.fr

SYNADEP
Syndicat National du Dépannage à Domicile
BP 18 - 13314 Marseille
Tel : 0800.310.32
http://www.synadep.fr


Autres sources d’informations


Rendez-vous dans notre rubrique Mes outils & services / Liens utiles pour accéder à d’autres sources d’information pouvant être utiles : données statistiques, données comptables et financières, études de marché et informations sur les réseaux sous enseigne.




Haut de page