Creation entreprise - Je suis entrepreneur : Pour bien construire chaque étape de mon projet création d'entreprise
Envoyer à un(e) ami(e)Imprimer cet article
Accueil du site / Mes outils & services / Infos métiers / Services / Agence de voyage

Infos métiers

Services


Agence de voyage

Mise à jour : 15/03/2014



Le marché

Le marché


Le secteur du voyage est étroitement lié à l’évolution de la conjoncture économique et au contexte international. Le secteur enregistre aujourd’hui un fort ralentissement de son activité : ainsi, la croissance modeste du chiffre d’affaires est uniquement portée par un effet prix favorable (hausse des prix des activités touristiques).

Certains facteurs expliquent les difficultés rencontrées :

- Une conjoncture internationale et nationale difficile : la situation internationale dégradée ainsi que le contexte économique difficile pénalisent l’activité touristique (raréfaction des touristes, fort ralentissement de l’organisation des voyages d’affaires…).

- L’évolution des modes de consommation : la Réduction du Temps de Travail (RTT) a entraîné un fractionnement des vacances. Les Français privilégient les courts séjours et favorisent les destinations proches.

- L’émergence et la concurrence accrue des nouveaux circuits de distribution : le développement des nouvelles technologies a contribué à intensifier la concurrence déjà exacerbée par les tarifs bradés des compagnies low-cost et des grandes surfaces alimentaires. Les agences de voyages en ligne séduisent les consommateurs de par leurs multiples atouts : offres de dernière minute à faible prix, offres thématiques sur mesure (organisation personnelle de la totalité du voyage), accès permanent…

Dans ce contexte, les professionnels doivent revoir leur positionnement sur le marché et se recentrer sur leur métier d’agent de voyages en renforçant les services et la relation client, seuls à même de justifier leur rémunération et de faire face à la concurrence des agences en ligne.

Tendances


Alors que les stratégies de concentration du secteur se poursuivront, les agences de voyages exploiteront la complémentarité des canaux de distribution : laissant les produits touristiques simples et bas de gamme à Internet, canal plus adapté à ce type de produits, elles orienteront leur offre vers des produits complexes et haut de gamme qu’elles seront beaucoup plus à même de commercialiser.

L’organisation du marché


- les agences de voyages constituent les distributeurs traditionnels mais représentent une catégorie de plus en plus hétérogène : le nombre d’indépendants diminue, les Tours Opérateurs développent leurs propres agences…

- les Grandes Surfaces Alimentaires (Leclerc, Carrefour…) ont fait leur apparition sur le marché. Certaines disposent de leur propre réseau d’agences physiques alors que d’autres ont optées pour la vente à distance par le biais de catalogues distribués en magasins, de centrales de réservation téléphonique et, plus récemment, de sites de voyages en ligne.

- Les Grandes Surfaces Spécialisées (Fnac, Printemps Voyages) et les Grands magasins (Galeries Lafayette) développent essentiellement des offres thématiques liées à leur activité principale.

- La vente à distance via les agences de voyages en ligne (lastminute, Voyages-sncf), les portails de réservation (Opodo), les comparateurs de prix, les plates-formes des tours opérateurs, etc. Premier circuit de distribution de vente par internet, les agences de voyages en ligne profitent de l’essor du e-commerce.


Nombre d’entreprises du secteur en 2013 Chiffre d’affaires du secteur en 2011 Evolution du chiffre d’affaires du secteur en valeur
(en milliards d’euros) (Indice ICA base 100 en 2005)
4 525 6,903 Md€ Agences de voyages
(Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements 2013 - champ marchand non agricole, Stocks d’entreprises au 1er janvier 2013) (Source : Insee, Esane) 2013 113,3
2012 113,0
2011 112,0
2010 108,5
2009 97,9
2008 111,4
(Source : Insee, Bulletin Statistique)

 


Note de l'article :
2 votes
Vous aussi notez cet article

Le métier et la règlementation

Les aptitudes professionnelles


L’agent de voyages ne peut exercer son métier qu’en étant immatriculé sur le registre des agents de voyage et autres opérateurs de la vente de voyage et de séjours. Ce registre est géré par l’agence de développement touristique de la France (Atout France). Pour être immatriculé, le professionnel doit justifier d’une aptitude professionnelle appréciée au regard de l’un des trois critères suivants :

- réalisation d’un stage de formation professionnelle d’au moins 300 heures sur une période de 4 mois dont 1 mois auprès d’un opérateur immatriculé,

- avoir une expérience professionnelle d’un an au minimum en rapport avec le tourisme (organisation et vente de voyages ou de services touristiques),

- être titulaire d’un des diplômes suivants : BTS vente et production touristiques ou animation et gestion touristiques locales, ou diplôme du secteur du tourisme enregistré par la Commission Nationale de la Certification Professionnelle au niveau III ou II.

L’agent de voyages doit avoir un sens aigu de la vente. Polyvalent, il doit tout à la fois conseiller, organiser, suivre, gérer avec une très grande rigueur. Il doit faire preuve d’une très grande curiosité, se tenir informé des produits, connaître la géographie touristique, faire preuve d’innovation (fichier clients, publicité, relations avec les entreprises, propositions de voyages à thème…). Il doit également être capable de négocier avec les tours-opérateurs.


L’environnement règlementaire


Les contraintes à l’installation

La profession est très réglementée, notamment par la loi 2009-888 du 22/07/2009 (décrets 2009-1650 et 2009-1652 du 23/12/2009 - JO du 17.06.94).

Les professionnels du secteur ont l’obligation de s’immatriculer au registre des agents de voyage et autres opérateurs de la vente de voyage et de séjours. Ce registre est géré par l’agence de développement touristique de la France (Atout France). La demande d’immatriculation doit être renouvelée tous les trois ans.

Les conditions d’immatriculation sont très strictes. Le professionnel doit :

- justifier d’une garantie financière affectée au remboursement des fonds reçus au titre des engagements qu’il a contractés à l’égard de sa clientèle. Cette garantie peut-être souscrite auprès d’un établissement de crédit, d’un organisme de garantie collective ou d’une société d’assurance. Le montant de la garantie financière est calculé sur la base du volume d’affaires réalisé au cours de l’année comptable ayant pris fin au plus tard le 31 décembre de l’année écoulée :

- voyage à forfait : 10% du volume d’affaires TTC

- autres prestations : 3% du volume d’affaires TTC

- titres de transport (hors forfaits) : 0% du volume d’affaires TTC

Chaque année, le professionnel doit adresser à Atout France les éléments relatifs à son volume d’affaires afin que soit fixé le montant de la garantie financière qui ne peut être inférieure à 100 000 euros.

A défaut d’exercice antérieur de référence, le montant de la garantie s’élève à 100 000 euros.

- justifier d’une assurance responsabilité civile professionnelle,

- justifier d’aptitudes professionnelles : réalisation d’un stage de formation professionnelle (d’au moins 300 heures sur une période de 4 mois dont 1 mois auprès d’un opérateur immatriculé) ou expérience professionnelle d’1 an dans le secteur ou encore diplôme (BTS vente et production touristiques ou animation et gestion touristiques locales, diplôme du secteur du tourisme enregistré par la Commission Nationale de la Certification Professionnelle au niveau III ou II).

Les principaux points de la règlementation professionnelle

L’agent de voyage doit respecter les règles relatives à la conclusion et à l’exécution des prestations touristiques fixées par le Code du Tourisme :

- le contenu des prestations proposées, le prix et les modalités de paiements et d’annulation doivent être remis au client par écrit au préalable,

- le contrat conclu entre le vendeur et l’acheteur doit comporter toutes indications relatives aux noms et adresses de l’organisateur, du vendeur, du garant et de l’assureur, à la description des prestations fournies, aux droits et obligations réciproques des parties en matière notamment de prix, de calendrier, de modalités de paiement et de révision éventuelle des prix, d’annulation ou de cession du contrat et à l’information de l’acheteur avant le début du voyage ou du séjour,

- l’information préalable engage le vendeur. Lorsque le respect d’un des éléments essentiels du contrat est rendu impossible par suite d’un événement extérieur qui s’impose au vendeur, celui-ci doit le plus rapidement possible en avertir l’acheteur et informer ce dernier de la faculté dont il dispose soit de résilier le contrat, soit d’accepter la modification proposée par le vendeur,

- l’agent de voyage doit se soumettre à l’obligation d’information des passagers aériens sur l’identité du transporteur aérien.


Statut juridique et fiscal

Rendez-vous dans notre rubrique Mon guide pratique / Mes impôts & taxes pour connaître le taux de TVA qui s’applique à votre activité ainsi que le mode d’imposition de vos bénéfices.


Rendez-vous dans notre rubrique Mon guide pratique / Mon régime social pour connaître le montant des cotisations et des prestations de votre régime social obligatoire.

L’exercice de l’activité

L’installation


L’adhésion à un réseau d’agences est devenue incontournable et représente le principal investissement.

Les investissements


L’agent de voyages a besoin d’un local de 40 à 60 m², un emplacement bien situé, donc onéreux. L’équipement informatique (Internet, nouveaux logiciels…) doit être adapté aux nouvelles technologies de commercialisation pour améliorer les performances de l’agence, d’où de fréquent investissement de productivité.

La gestion


Le suivi au quotidien

Le professionnel suit la répartition de son volume d’affaires entre billetterie et forfaits-voyages sur lesquels il obtient de meilleures commissions. Il suit également l’évolution du volume de ses réservations d’une période sur l’autre, ce qui peut l’amener à effectuer des opérations commerciales sur son fichier clients (mailings, promotions…). Pour négocier avec les tours-opérateurs, il suit la ventilation de son chiffre d’affaires par tours-opérateurs et par zones géographiques. Grâce aux nouvelles technologies informatiques (Internet), il peut diversifier son offre et proposer à ses clients des produits personnalisés.

Les recettes de l’activité

Depuis la suppression des commissions auparavant versées par les compagnies aériennes et autres transporteurs, le chiffre d’affaires est constitué par des frais d’agence, réglés directement par les clients. Les recettes sont très saisonnières : 70% du chiffre d’affaires sont réalisés en 6 mois, pendant la haute saison.

Les charges à surveiller

Les achats de forfaits et de billetterie représentent les principales charges. Viennent ensuite les charges de personnel, le loyer, les coûts informatiques, de télématique et le budget publicité qui doit être strictement maîtrisé.

La maîtrise du résultat

Le résultat dépend avant tout du maintien du chiffre d’affaires et du poids des consommations intermédiaires. La gestion du personnel est aussi très importante : politique de maîtrise des salaires, coordination des horaires pour augmenter les heures d’ouverture, animation du travail en équipe, intégration du personnel à temps partiel et turn-over inhérent à la profession.

La gestion financière et les besoins en trésorerie

A l’installation, une réserve en fonds propres est également nécessaire pour passer le cap des 3 premières années, souvent déficitaires. Après cette période (à l’exception de quelques opérations spécifiques), l’activité ne génère pas de besoin de trésorerie, les agences réglant les compagnies de transports, les tours-opérateurs et les voyagistes après paiement de leur clientèle. Seules, les agences organisant des voyages d’entreprises ou de groupes peuvent avoir besoin de trésorerie.

Evolution du nombre de création (1) Les ratios de gestion clefs
2013 279 Chiffre d’affaires moyen 211 K€
2012 266 Marge brute (en % du CA) 93,85 %
2011 331 Excédent brut d’exploitation (en % du CA) 42,39 %
2010 266 Rotation des stocks (en jours de CA) 0 J
2009 242 Crédit clients (en jours de CA) 98 J
(Source : Insee, Démographie des entreprises et des établissements - champ marchand non agricole, Créations d’entreprises) Crédit fournisseurs (en jours de CA) 122 J
Besoin en fonds de roulement (en jours de CA) - 19 J
(Moyenne indicative élaborée à partir de données Insee "Données du compte de résultat et bilan pour les personnes physiques", 2009 & 2010)


(1) : Jusqu’en 2006 : le nombre de créations correspond aux créations pures.

"Depuis le 1er janvier 2007, la notion de création d’entreprise s’appuie sur un concept harmonisé au niveau européen pour faciliter les comparaisons : une création d’entreprise correspond à la mise en œuvre de nouveaux moyens de production.
Par rapport aux immatriculations dans Sirene, on retient comme création pour satisfaire au concept harmonisé :

- 1 : les créations d’entreprise correspondant à la création de nouveaux moyens de production (il y a nouvelle immatriculation dans Sirene) ;

- 2 : les cas où l’entrepreneur (il s’agit en général d’un entrepreneur individuel) reprend une activité après une interruption de plus d’un an (il n’y a pas de nouvelle immatriculation dans Sirene mais reprise de l’ancien numéro Siren) ;

- 3 : les reprises par une entreprise nouvelle de tout ou partie des activités et moyens de production d’une autre entreprise (il y a nouvelle immatriculation dans Sirene) lorsqu’il n’y a pas continuité de l’entreprise reprise.

On considère qu’il n’y a pas continuité de l’entreprise si parmi les trois éléments suivants concernant le siège de l’entreprise, au moins deux sont modifiés lors de la reprise : l’unité légale contrôlant l’entreprise, l’activité économique et la localisation." (Insee)



Les difficultés du métier

Les difficultés du métier


Les principales difficultés à prévoir pour les créateurs sont :

• Le regroupement et la concentration du secteur :

Sous la pression d’opérateurs français et étrangers, les fusions s’accélèrent. Les petites agences indépendantes ont des difficultés à négocier des tarifs compétitifs, et sont en permanence concurrencées par les nouveaux produits mis sur le marché par les plus grands tours-opérateurs ou voyagistes. Elles sont alors contraintes, soit d’opter pour la franchise ou l’intégration, soit d’adhérer à une chaîne volontaire.


• Le développement du e.commerce

Premier circuit de distribution de vente par internet, les agences de voyages en ligne captent de plus en plus de parts de marché. Le segment de la billetterie est fortement fragilisé par le développement des sites internet de la SNCF et des compagnies aériennes. Les sites de vente de voyages de dernières minutes concurrencent fortement les acteurs traditionnels de la distribution de voyage.


• L’intensité de la concurrence :

L’intervention de puissants opérateurs étrangers mais aussi de la grande distribution, du discount, des ventes aux enchères sur Internet intensifie la concurrence et fragilise les petites agences.


• La faiblesse des marges du secteur :

La conjonction d’une faible marge (inférieure à 10%) et de charges élevées (frais de personnel, loyer, matériel informatique et dépenses de publicité) rend l’activité particulièrement sensible aux variations et évolutions conjoncturelles.


Dans ce contexte difficile, les agences indépendantes doivent adhérer à un réseau, ce qui les protège au mieux des difficultés du secteur.


Evolution du nombre de DEFAILLANCE TAUX DE SURVIE AU DELà DES 5 premieres années
2010 69

Agence de voyages

61,3 %
2009 65 Commerce et réparation 46,1 %
2008 74 Moyenne tous secteurs 51,9 %
2007 70 (Source : Insee, Taux de Survie à 5 ans pour la génération 2002)
2006 81
(Source : Insee, Défaillances d’entreprises)

Pour aller plus loin

Les principales organisations professionnelles


SNAV
Syndicat National des Agences de Voyages
15 place Gén. Catroux - 75017 Paris
Tel : 01 44 01 99 90
http://www.snav.org


La presse spécialisée


LSA
http://www.lsa.fr

Linéraires
http://www.lineaires.com

Points de Vente
http://www.pointsdevente.fr

Faire Savoir Faire
http://www.fairesavoirfaire.com


Autres sources d’informations


Rendez-vous dans notre rubrique Mes outils & services / Liens utiles pour accéder à d’autres sources d’information pouvant être utiles : données statistiques, données comptables et financières, études de marché et informations sur les réseaux sous enseigne.




Haut de page